AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion




Partagez | 
 

 Qui a dit "Dans le pétrin" ? | Esteb' ~ |

Aller en bas 
AuteurMessage
Meskhenet de Riv
l'enfant terrible
avatar

Messages : 42

Feuille de personnage
Magie:
21/100  (21/100)
Métier : Camelot

MessageSujet: Qui a dit "Dans le pétrin" ? | Esteb' ~ |   Dim 2 Sep - 21:53

« - Maitresse, votre fille va bientôt accoucher de son premier enfant ? demande Meskhenet à une passante noble. Pourquoi ne prendriez vous pas la Graine de Sainte Colette ? »

A ces mots, elle ouvre une bourse en cuir, et sors un petit objet qui a la forme et la taille d'uns grosse graine, qui est entièrement recouvert de bandelettes de papiers sur lesquels sont marqués des mots presque illisibles, comme effacés par le temps. La camelot la pose dans la paume de la femme.

« - Si votre fille l'avale lors des premières douleurs et prie pour Sainte Colette, la sainte patronne des accouchements pendant toute la durée du labeur, elle et sont enfants seront protégés et le nouveau-né ne tombera pas malade durant sa première année.
- Vraiment ? Répondit la passante, intéressée. »

En quelques autres phrases, la vente est conclue, et quelques pièces d'or viennent remplir un peu plus la bourse de la vendeuse, plus qu'heureuse de cette affaire, pendant que la riche femme s'éloigne avec la graine dans les mains, l'air plus soulagé. Il ne lui est même pas venu à l'idée de se demander comment la femme a-t-elle pu faire pour savoir à propos de sa fille. La réponse était vraiment simple, c'est juste un travail d'observation ; la femme en question avait acheté des herbes qui servaient à concocter une potion qui apaise les douleurs – dit-on. Cela permettait d'impressionner le peuple, et savoir exactement ce que les clients cherchent est très utile dans ce métier. Ce fut la première vente de la journée.

Une brise fraîche venait rafraîchir l'air, et la météo semblait vraiment clémente. Tout annonçait une bonne journée, jusqu'à la foule ravie qui se rassemblait sur la place du village. Même les cloches qui sonnaient semblaient heureuses. Les commerces se portaient bien, et les gens n'hésitaient pas à discuter joyeusement pendant qu'ils faisaient leurs achats.
Cependant, quelque chose n'allait pas au goût de la jeune femme. Malgré la foule grossissante, peu de gens venaient se rassembler devant son étal. Tout en restant assise, elle fit quelques gestes de la main presque imperceptible pour se servir de son pouvoir magique, voulant ainsi attirer plus de gens. Elle attendit quelques secondes, et commença alors de présenter certaines de ces reliques. Elle commença alors de parler de reliques de Sainte Agnès, la sainte patronne des fiancés, des couples et des jeunes filles. Voyant que son auditoire était surtout composé de femmes ce jour là, elle adaptait la provenance de ses « trésors ». Elle exhiba des feuilles d'olivier, et leur annonça qu'elles venaient de la couronne d'Olivier de Sainte Agnès elle-même. Après quelques phrases, elle décida de raconter comment elle l'avait arrachée aux Hérétiques qui avaient repris la Terre Sainte, contant un combat contre un Sarrasin avec presque autant de talent qu'un conteur. Les détails étaient plus vrais que nature, et lorsqu'elle enleva son voilà pour montrer l'hideuse cicatrice, même les plus sceptiques furent convaincues.

Après tout ce petit numéro, Meskhenet se félicita de son talent et de ce don merveilleux, et s'apprêta à empocher l'argent de toutes les Demoiselles qui voulaient acheter ces « précieuses » feuilles, qui n'étaient en fait que des feuilles cueillies il y a plusieurs mois sur un olivier, au bord du chemin. Les jeunes femmes commençaient de fouiller dans leurs bourses pour rassembler l'argent nécessaire, mais quelque chose les arrêta, et figea tout les gens qui se tenaient sur la place. Un groupe d'hommes armés bruyants sortaient de la taverne locale, et se dirigeaient à grand pas vers l'étal de l'égyptienne. Leurs visages avaient des airs menaçants, et la foule de jeunes filles s'écarta pour leur laisser un passage direct vers celle qui tenait le stand. Celle-ci remit son voile, et se tint sur ses gardes. Cet attroupement n'était sûrement pas de bonne augure.
A bien y regarder, ce n'était que trois hommes, mais c'était déjà trop pour elle. Deux d'entre eux étaient armés de gourdins hérissés de clous rouillés, l'autre n'avait rien dans les mains. Ils avancèrent calmement vers elle, et l'un deux – celui qui n'était pas armé – prit la parole :

« Mesdames, pourquoi vous rassemblez-vous devant cette engeance démoniaque ? Scanda-t-il à l'adresse de la foule. Cette femme n'est qu'une sorcière ! Il pointa Meskhenet du doigt. Ne l'avez-vous pas remarqué ? »

Regards et murmures dans la foule. Ils veulent en savoir plus, que se passe-t-il ? Une sorcière ? Engeance démoniaque ? Cette femme serait donc une Envoyée du Malin pour les tenter et vendre des reliques profanées ? Des voix fusèrent de partout pour commencer des discussions et des débats bruyants. L'homme qui avait parlé leva la main, pour demander le silence. Il lui fallu plusieurs secondes pour que tout les chuchotements se taisent ; elle en profita pour remettre son voile. La brise qui faisait danser ses cheveux attachés en une queue de cheval ne lui semblait plus aussi vivifiant et agréable. Elle avait déjà vécu cette scène.

« - Ne voyez vous donc pas l'évidence même ? Cette femme a été aperçue dans la forêt à plusieurs reprises, qui sait ce qu'elle peut y faire ! Et regardez cette peau sombre, c'est une étrangère, d'un pays du Sud ! Peut-être est-elle elle même une de ces Sarrasins qu'elle prétend avoir combattu ! »

Les yeux se tournèrent tous vers elle. C'est vrai que cette peau sombre est étrange. Et cette cicatrice... Et si elle venait d'un combat contre un Croisé qui défendait le territoire du Christ ? A ce moment précis, elle sut qu'elle allait passer un très mauvais moment. Si ce n'est son dernier moment. Les cloches sonnèrent à nouveau pour annoncer l'heure, mais cela sonnait déjà comme le son du Glas pour elle. Elle recula d'un pas, et réfléchi à ce qu'elle pouvait dire, mais elle ne voyait rien. Et aucuns de ses mensonges ne pourrait la sortir de ce mauvais pas.
La masse de gens qui semblait être de simples clients il y a quelques instants était métamorphosée en une foule hostile. De nouvelles paroles inquisitrices retentirent :

« En prétendant avoir des reliques sacrées, elle blasphème nos Saints ! Voyez donc comme vous vous massez devant elle pour boire ses paroles, ne serait-ce pas un enchantement venant du Malin lui même pour que vous cédiez à la tentation ? L'accusée a-t-elle quelque chose à dire ? »

Parler maintenant ne l'aiderai pas ; au contraire. Il fallait trouver un autre moyen de se sortir de là. Mais comment ? Son esprit se torturait à plein régime depuis quelques minutes, mais tout le village semblait retourné contre elle. D'où ces hommes pouvaient-ils avoir ces idées ? Ils devaient sans doute avoir été inspiré par quelqu'un qui ne l'aimait pas. Un prêtre, sans doute. Peut être même quelqu'un de placé plus haut dans l’Église, encore pire.
Mais il n'est pas l'heure de se demander qui sont ses ennemis, il est temps de s'inquiéter pour sa survie immédiate, qui semble d'ailleurs plutôt compromise...


Dernière édition par Meskhenet de Riv le Lun 3 Sep - 16:37, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esteban-Diego Vivirando
Mr Subtilité
avatar

Messages : 149

Feuille de personnage
Magie:
25/100  (25/100)
Métier : Ecuyer

MessageSujet: Re: Qui a dit "Dans le pétrin" ? | Esteb' ~ |   Lun 3 Sep - 10:38


"Oulah, elle est dans le pétrin, cette sarrasine."

C'était bien Esteban-Diego qui venait de le penser. Quelle ironique situation ! C'était à lui qu'on avait fait moult recommandations afin qu'il ne dévoile pas sa véritable nature, et c'était cette charmante marchande itinérante qui se faisait avoir ! Comme disait le poète: si ce n'était pas aussi tragique, cela serait drôle. Il se demanda tout de même d'où ils sortaient ces accusations... Jalousie ? Peut-être était-elle trop étrangère pour ces gens... Bizarre. Esteban-Diego ne se souvenait pas avoir été un jour hostile à ce point aux étrangers. Or, si Esteban-Diego ne l'était pas, c'était étrange que d'autres le soient. Logique.
Non, franchement, il ne pouvait pas laisser quelqu'un se faire accuser de sorcellerie, comme ça... Un petit chevalier en lui murmurait les serments où il était question de protéger la veuve, l'orphelin, le nécessiteux, le sorcier... Lucinda serait peut-être fière de lui ! Et Shane aussi ! Oh... Bon, d'accord, c'est parti pour la bonne action du jour ! Ahlala, dire qu'à la base, il venait juste faire des courses. La besace attachée au flanc de Guerrer, son double-poney alezan, en témoignait.

Néanmoins, il ne pouvait pas foncer dans le tas, "excusez-moi, je récupère la belle", et repartir gentiment. Non... Sinon on allait l'accuser de sorcellerie lui aussi, même s'il prenait l'air très sûr de lui. Et pour le coup, Shane et Lucinda le gifleraient. Mon catalan jeta un coup d'oeil autour de lui. Réfléchis, Esteban, réfléchis... S'il faisait quoi que ce soit, on verrait son visage, il serait reconnu comme sorcier lui aussi. Non, il fallait... Tuer le doute que l'on avait sur cette jeune fille ? Mais était-ce bien raisonnable ? En même temps, vous voyez une autre idée ? Bon, on pourrait réfélchir plus longtemps, sauf que la foule se rapprochait de plus en plus de Meskhenet, et la pauvre enfin restait sans rien dire...
Esteban-Diego prit alors son courage à deux mains, et mis son plan en action. Il se rapprocha du groupe, et hurla.

"- Cela m'étonnerait que vous l'ayez vue dans la forêt !"
Pour obtenir un petit peu plus d'attention encore, il fit cabrer légèrement son cheval. "Cette femme est ma compagne de voyage. Nous venons tout juste d'arriver. La seule chose que vous avez pu nous voir faire en forêt, c'est marcher."

Il put s'avancer encore, au point d'être à la hauteur de Meskhenet. Il priait pour que son accent lui donne bel et bien l'air d'un étranger. Son regard croisa celui de l'Egyptienne. Puis il vérifia autour de lui l'attitude des gens. Il avait toujours son épée au flanc, certes, mais il espérait n'avoir pas à en arriver là. Enfin, il se trouvait assez bon acteur, tout de même ! Là, il avait l'air en colère, et sûr de lui ! S'il s'en sortait vivement, il travaillerait un peu ce qu'il croyait déjà être un don chez lui !

"- Je me souviendrais de votre hospitalité,"
souffla-t-il à l'homme qui s'était pris pour un leader. "Mais j'apprécierais que vous laissiez ma compagne tranquille. Si c'est nous qui vous gênons, alors nous partons." Puis, à l'attention de Meskhenet: "Montez, ma mie."

Ils n'allaient pas perdre de temps. Sitôt que Meskhenet serait en selle, Esteban ferait partir Guerrer au petit galop, en priant pour que cela suffise. Alors, convaincant, le chevalier...?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gheof.deviantart.com/
Meskhenet de Riv
l'enfant terrible
avatar

Messages : 42

Feuille de personnage
Magie:
21/100  (21/100)
Métier : Camelot

MessageSujet: Re: Qui a dit "Dans le pétrin" ? | Esteb' ~ |   Lun 3 Sep - 16:35

La foule continua de vociférer, presque joyeusement, pendant que l'étau se refermait sur Meskhenet. Elle avait fini de s'insulter copieusement, mais elle ne voyait rien qui pourrait la sauver. Toutes les idées possibles, même les plus farfelues et incongrues avait traversé son esprit, comme un dernier spasme avant de rendre l'âme. Maintenant, elle restait debout, calme. Elle ne pensait plus à rien, pas même au sort horrible qui l'attendait. La jeune femme était bien plus occupée à voir sa vie défiler devant ses yeux, entre autres. Elle lutta pour ne pas avoir les larmes aux yeux, lorsqu'elle repensa aux passages les plus marquants qui lui revenaient en tête. Elle lutta aussi pour ne pas rire, se rappelant certains passages où elle avait frôlé la mort et avait été persuadée que son heure était venue. A chaque fois, on venait l'aider. Souvent la même personne ; toujours la même personne, pour être plus précis. Seth. Il avait vraiment été un bon mentor – et même un deuxième père – pour elle. On ne pouvait plus compter le nombre de fois où il été allé la secourir, tantôt à cause d'une bagarre de rue, tantôt à cause des pièges d'un tombeau. Et maintenant ? Plus personne.
Par chance, elle réussit à garder un air assez impassible, pendant que ses minces chances de survies diminuaient lentement, le bûcher se rapprochant de plus en plus. Tout les sons semblaient étouffés, comme si une bulle d'eau la protégeait du reste du monde. Les bruits agités et hostiles de la foule ; le prétendu inquisiteur qui criait à son adresse ; le peuple qui riait et préparait le bûcher, allant avertir le prêtre. Tout ces sons – sans parler du trépignement de tout ces humains – lui parvenait amoindris, et plus discrets.


* Dans ce cas c'est... Non, c'est vraiment la fin ? Je croyais que ça aurait pu durer plus longtemps. Même pas un tout petit peu plus ? … *

Le vent souffla un peu plus fort, mais lui aussi semblait avoir perdu sa force. Il n'était plus qu'une légère caresse dans ses mèches de cheveux, effleurait à peine sa peau. Son regard passa lentement vers tout les visages en colère qui se tournaient vers elle. Un à un, passant de la jeune fille en fleur effarouchée au forgeron, plus que remonté, en gros tas de muscles qu'il est. Même les vieillards s'étaient levés pour voir ce qui avait provoqué une telle agitation. Décidément, cette simple accusation était devenue l'attraction de l'année. Toute la masse qu'était la foule bougeait et pensait comme un seul homme... Ou presque.
Une seule personne ne semblait pas de cet avis, et brisait la parfaite synchronisation de tout ces hommes, ces femmes et ces enfants. Un homme assez jeune – un adolescent ? Au début, la camelot n'avait pas fait attention à ses paroles, pensant qu'il devait l'injurier et la calomnier joyeusement comme tout les autres. Mais apparemment non. Elle essaya de se répéter les paroles qu'il venait de dire.


« - Cela m'étonnerait que vous l'ayez vue dans la forêt ! » 

Oui, c'était bien ce qu'il avait dit. Il la défendait. Le vacarme redevint alors assourdissant, comme si la bulle venait d'éclater. Quelqu'un venait la défendre, et c'était l'important. Tant pis si elle ne le connaissait pas, il ne semblait pas rempli de mauvaises intentions si il prenait le risque de l'aider, mettant sa vie en péril pour celle de la belle égyptienne. Qui était-il pour risquer ainsi sa vie ? C'était le genre de bonnes actions qu'elle ne ferait jamais, sauf si elle pouvait en tirer un quelconque profit. Mais qu'avait-elle donc à envier ? Pas grand chose, si ce n'est rien. Un bon samaritain, donc ? Elle pensait que c'était une espèce disparue depuis des années. Ou peut être juste un mythe ; une légende qu'on aime raconter, en se disant « Ah, si c'était vrai... ». Mais apparemment le jeune homme avait décidé d'envoyer bouler toutes les idées qu'elle se faisait sur le dévouement et la générosité des gens.

« - Cette femme est ma compagne de voyage. Nous venons tout juste d'arriver. La seule chose que vous avez pu nous voir faire en forêt, c'est marcher. »

En plus d'avoir du courage, il semblait avoir une bonne éloquence. Et de l'intelligence. Il fallait être téméraire pour oser mentir ainsi devant tout un village, mais ce n'était pas le genre de choses qu'elle pouvait critiquer ; venant elle même de se faire sauver par quelqu'un qu'elle qualifie de téméraire. Il semblait avoir toutes les qualités requises pour être chevalier, ou au moins sauver la veuve et l'orphelin. Ces qualités ne se gagnent pas avec l'insigne, soit on naît avec, soit on ne les a pas.

* Eh bien... On dirait que même Osiris n'a pas envie de voir ma sale cicatrice... *

Il fallait bien admettre qu'a ce niveau, c'était vraiment une chance exceptionnelle. Peut être même plus. La voix aux sonorités étrangères de l'homme résonnaient encore dans ses oreilles. Elle ne connaissait pas encore ce qui avait poussé cet homme à l'aider, mais elle aurait du mal à se montrer assez redevable pour compenser ce geste courageux. Lorsque leurs regards se croisèrent, on pouvait voir dans ses yeux toute la gratitude qu'elle ressentait, touts les remerciements qu'elle devrait dire lorsqu'elle en aura l'occasion. Mais rien ne semblait à la hauteur de ce qu'il venait de faire, à part peut être... De l'Espoir ? Ce qu'elle savait le mieux vendre, au point d'en vivre... Peut être qu'une de ses babioles l'intéresseraient. Elle serait même prête à offrir les pendentifs en or qu'elle garde précieusement pour être sure de n'avoir à le remercier une seule fois : la demoiselle déteste avoir des dettes.

Elle ne fit pas prier deux fois pour monter en selle, d'ailleurs. Elle attrapa fermement la main de son sauveur inattendu pour se hisser sur sa monture, et jeta un dernier regard vers les villageois, qui semblaient déçu de se voir retirer ce qui aurait pu être leur jouet. A part les foires il n'y avait jamais beaucoup de moyens de s'amuser, et les bûchers semblaient être très festifs à en juger par l'air atterré qu'ils avaient. Mais Meskhenet avait du mal à compatir avec eux, cette fois. Surtout pas cette fois. Elle espérait juste qu'ils en restent là, et accepte ce changement de Destin. Elle eût une idée, juste avant que l'écuyer ne fasse partir son cheval : elle attrapa avec dextérité sa bourse qui était assez bien remplie par les ventes de la journée, pris presque tout son argent, et le lança en direction des hommes qui semblaient les moins satisfaits par la tournure que les événements prenaient. Elle espérait que l'argent les attire, surtout vu le montant qu'elle possédait. Cela lui faisait mal au cœur, de devoir se séparer d'autant, mais si elle pariait bien elle pourrait sans doute ravoir cette somme assez rapidement. Tout reposait sur sa Chance, mais elle comptait la laisser se reposer un peu ; elle l'avait déjà assez sollicitée cette après-midi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Qui a dit "Dans le pétrin" ? | Esteb' ~ |   

Revenir en haut Aller en bas
 
Qui a dit "Dans le pétrin" ? | Esteb' ~ |
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ex Nihilo :: RPG :: Les Alentours :: Les villages ennemis-
Sauter vers: