AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion




Partagez | 
 

 Izabel et Luzia

Aller en bas 
AuteurMessage
Izabel Pajares

avatar

Messages : 1

Feuille de personnage
Magie:
0/0  (0/0)
Métier :

MessageSujet: Izabel et Luzia   Mer 10 Oct - 20:09

C’est une petite pièce aux murs de bois. Un sol en dalles de pierre, jonchées de paille fraîche, une petite fenêtre aux volets de bois, et un grand lit qui occupe, avec une armoire, la quasi-totalité de l'espace. Mais elle se souvient d'un temps ou la maison n’était qu'une seule grande pièce, quand la paille était jetée a même la terre. Elle était si petite, à l’époque, ces souvenirs sont très vagues. Sa sœur n'a jamais connu la maison autrement qu'elle n’était en ce moment. Luzia jouait au soleil, sur le pas de la porte, avec des brindilles... mais ce n’étaient pas des brindilles, mais de grandes dames et preux chevaliers, qui vivaient des aventures extraordinaires... et pendant un instant, Luzia retourne à ce moment, ou rien n'importait que de sortir jouer avec les autres enfants, avant la grande ville, avant les leçons d'addition et de latin, avant les soies, et les bijoux... cette maison-ci est toute de pierre blanche, sur deux étages, avec des fenêtres de vrai verre, qui gardent la chaleur et laissent passer le soleil. Elle a une grande pièce à vivre, toujours pleine de monde, de marchands qui viennent discuter avec son père, de personnalités de la ville, et Luzia, dans un coin de la salle, lit à voix basse à sa petite sœur une histoire que leur père lui a écrit, pour qu'elle s’entraîne à lire.

Les gens dans la salle font trop de bruit, et Luzia parle de plus en plus fort. Bientôt, sa voix se casse, sa gorge est douloureuse. Elle cherche autour d'elle, un verre d'eau ?...

Quelqu'un, doucement, soulève sa tète, et la fait boire. Ah, merci, quel bonheur ! Mais trop vite, il n'y a plus d'eau, et la douleur revient. Elle ouvre les yeux, et croise ceux d'Izabel. Sa petite sœur est penchée sur elle, un verre vide à la main, et la repose doucement contre l'oreiller. « Ne t’inquiète pas, je vais aller remplir la carafe. Attends moi ? »

Oui, je t'attends. Luzia ne parle plus depuis quelques jours déjà, mais elle peut encore hocher la tête. Sa sœur ne partira pas sans être rassurée, sans savoir que Luzia sera encore là quand elle reviendra.

Maintenant qu'elle est réveillée, elle sent à nouveau la douleur. Ses poumons brûlent, sa gorge lui semble totalement desséchée. Chaque inspiration est un combat, cela fait plusieurs fois qu'elle se réveille, terrifiée, avec l'impression d’étouffer... mais chaque réveil est une victoire. Luzia refuse de se laisser partir. Elle est sure, si elle arrive à tenir, encore un peu, elle guérira. C'est trop jeune pour mourir, seize ans. Elle veut grandir, voyager comme son père, se marier, et avoir des enfants. Ce serait trop bête, de mourir si jeune !

Mais c'est de plus en plus difficile. Surtout au réveil, lorsque la douleur revient, lorsqu'elle se retrouve clouée sur se lit, incapable de bouger ou même de parler... Ou est Iza ? C'est trop difficile de rester seule !

Et Izabel est là de nouveau, sa petite sœur, qui lui apporte une grande carafe d'eau tirée du puits... Elle boit avidement, mais le soulagement, encore une fois, est bref. Ce n'est pas grave, Iza est la, avec sa certitude que sa grande sœur ne peut pas mourir... c'est sa grande sœur, elle finira par aller mieux, comment pourrait-il en être autrement ?

A voir cette certitude dans les yeux d'Izabel, Luzia est rassurée. Accroche-toi, bientôt tu iras mieux...

Quelques jours passent... ou quelques heures ? Luzia ne sait plus les compter. Elle se réveille toujours avec l'impression d’étouffer, mais cette fois-ci, ce n'est pas juste une impression. Sa gorge brûle !

Vaguement, il lui semble entendre la voix d'Iza pres d'elle. Et puis son père est la, qui serre sa main et l'encourage, et Iza qui tient l'autre et qui murmure a son oreille, tu peux le faire ! Désespérément elle se raccroche a sa petite sœur, Je ne veux pas mourir !

Ses dernières forces sont parties, elle ne peut plus. Doucement, le noir l'emporte.


Du noir.

Et puis, toujours du noir, mais peut-être moins noir ?

Comme de la lumière à travers ses paupières fermées.

Luzia ne bouge pas. Ou est-elle ? Dans un lit. Son lit ? Un matelas de paille, des draps... on dirait son lit.
Et puis soudain, elle réalise, elle n'a plus mal ! Elle respire normalement, elle n'a plus cette soif dévorante, ce feu dans sa poitrine. Est-elle guérie ? Ouvre les yeux. Lève toi, pense-t-elle. Ses yeux s'ouvrent. Ce n'est pas sa chambre, elle est couchée dans celle de ses parents, seule dans le grand lit. Ou est Iza ?

Soudain, elle se sent envahie par une vague de chagrin. Ma sœur est morte.

Non ! Ce n'est pas possible, c'est elle qui était malade ! Iza va bien ! Et je suis guérie ! Elle veut se lever, aller chercher, son père, Iza, que se passe-t-il ?

Elle est encore dans couchée, se recroqueville doucement, et pleure dans les draps. Ma sœur est morte...

Et elle comprend. NON ! Je suis là ! JE SUIS LA ! Je suis moi ! Ecoute ! Regarde ! JE suis laaaa !
Luzia continue de crier silencieusement, pendant qu'Izabel pleure dans les draps.


----------------------------------------------
to be continued...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Izabel et Luzia
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ◮ EVENT ST VALENTIN — luzia ozores et sean mclloyd
» Oublions tous nos soucis et profitons de l'air frais loin de tout - Luzia
» Bon, je mets quoi aujourd'hui ? ♣ Luzia, Sirius, Nate, Fluvia, Augustus, Jenny et Ted
» Don't worry, I won't let you down - Luzia

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ex Nihilo :: La Place du Héraut :: La Place du Héraut :: Gestion des Personnages :: Création des Personnages-
Sauter vers: