AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion




Partagez | 
 

 Encore tombée. [ Esteban-Diego ]

Aller en bas 
AuteurMessage
Lirya Szabo
Niaise ? Point du tout !
avatar

Messages : 120
Localisation : Etelka.

Feuille de personnage
Magie:
57/100  (57/100)
Métier : Prêtresse

MessageSujet: Encore tombée. [ Esteban-Diego ]   Jeu 9 Aoû - 15:13

Le soleil brillait, les oiseaux chantaient, aucun nuage ne venait troubler le ciel bleu. Mais Lirya, la prêtresse, n'était pas venue pour admirer le paysage, quoique très beau, elle se serait volontiers laissée absorbée par le cadre si elle n'avait pas besoin d'aller voir cette personne. Cette personne était une jeune femme, qui d'après sa poupée référente, avait besoin d'aide.

Elle avait perçu, alors qu'elle était en pleine conversation avec une amie, la détresse de la jeune paysanne. Elle n'avait pas saisi tout de suite le sens de la détresse, mais en se concentrant sur ce que la poupée voulait lui dire, elle ressenti un immense chagrin, et de ce fait, raccourcissant la rencontre avec son amie, elle partit. Lirya était une personne qui se souciait toujours des autres, étant toujours au courant de tout grâce à ses poupées qu'elle avait elle-même fabriquée lors de l'arrivée de chaque personne à Etelka.

Alors qu'elle y pensait, hier même, elle avait entreprit de créer une nouvelle poupée, et se sentait le besoin d'en faire un nombre important. Signe qu'un groupe entier allait arriver à Etelka, cependant, elle n'aimait pas trop ça, puisqu'elle ne savait pas qui allait arriver. L'important n'était pas là, d'ailleurs, elle devait plutôt s'inquiéter de la jeune femme qui avait besoin d'elle.

La Gardienne aux Poupées savait très bien ce qui se passait, la demoiselle ne pouvait pas enfanter, et cela commençait à lui faire peur. Elle avait été élevée pour ça, et même si, arrivée à Etelka, elle n'avait plus vraiment ces obligations, elle voulait maintenir ce pour quoi on l'avait éduquée. Son mari, lui, voulait aussi d'un enfant, pour avoir un héritier, même s'il n'était que paysan, il fallait que quelqu'un reprenne son patrimoine, bien que maigre pour le moment.

Perdue dans ses pensées, inquiète, elle ne vit pas ce qu'il lui arriva. Elle n'avait pas vu le trou dans le sol, et d'un coup d'un seul, plongea le pied gauche dedans. Elle tomba, évidemment, mais avant qu'elle n'eut touchée le sol, elle sentit qu'elle atterrissait sur quelque chose de mou. Ce quelque chose de mou, n'était autre qu'une personne humaine, tout comme elle, mais qui était là, pour elle, au mauvais endroit, au mauvais moment. Pour Lirya, cette personne était là au bon moment, et surtout au bon endroit. Sinon, elle aurait encore salit sa belle robe, et ça, ça l'agaçait.

La personne sous elle sembla étouffer un grognement, ou quelque chose dans le style d'une plainte. Mais qu'elle était stupide, au lieu de se relever pour libérer la personne qui la retenait de la chute, elle restait en suspend les bras ballant, en regardant le bras qui la maintenait au dessus du sol. Elle remit son pied, celui qu'elle s'était pris dans le trou, correctement, et s'appuyant à l'aide de ses mains sur le membre qui tenait son buste, elle se redressa. Elle épousseta sa robe, remit en place son nœud dans ses cheveux, et pria intérieurement que Dieu la pardonnerait pour toutes les gaffes du genre qu'elle commettait.

Elle se retourna pour remercier la personne qui l'avait aidée, mais en regardant son visage, elle se souvint d'une scène semblable à celle qui venait de se produire. Pareil, elle était partie voir un homme qui semblait avoir besoin d'elle, en chemin, elle n'avait pas vu la pierre qui venait d'être lancée au pied par un enfant, qui jouait avec d'autres, et se l'était lamentablement prise, et elle était tombée. Sauf que pareil, ce jeune homme, qui aujourd'hui la retenait, l'avait aussi retenue quelques temps auparavant. Il s'appelait Esteban-Diego, et était un écuyer.

Elle se demandait bien si il se rappelait de cette scène ou non. Après tout, elle, elle avait une assez bonne mémoire, mais tout le monde n'était pas comme elle. Elle se décida à ouvrir la bouche pour le remercier, et le saluer.

« - Bonjour, Esteban-Diego, je vous remercie de m'avoir rattrapée. »

Pourquoi en dire plus ? Elle attendrait qu'il parle, maintenant. C'est le but d'une conversation, non ? Chacun son tour, les personnes présente prenaient la parole.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://unehistoireoudeux.overblog.com/
Esteban-Diego Vivirando
Mr Subtilité
avatar

Messages : 149

Feuille de personnage
Magie:
25/100  (25/100)
Métier : Ecuyer

MessageSujet: Re: Encore tombée. [ Esteban-Diego ]   Jeu 9 Aoû - 17:53

Mais quelle journée POURRIE ! Ah mais totalement. Ce matin, il s'était levé, il avait à peine eu le temps de manger qu'on l'avait appelé en urgence, parce qu'un poney avait la diarrhée. Notez que quand un cheval a la diarrhée, vous êtes plutôt content au final de n'avoir que peu mangé. Bref, Esteban était arrivé, il avait demandé ce qu'il devait faire, avait expliqué qu'il ne savait pas parler aux animaux, qu'il savait juste briller, et encore qu'il n'y arrivait pas très bien... Il s'était crêpé le chignon avec le maitre des écuries et, comble du comble, avait dû aider les galopins à nettoyer les dégâts. Si ça n'était pas du réveil de merde...

Et puis, ça collait, ces odeurs ! Rah, les dieux savent qu'Esteban-Diego n'était pas grand amateur de bains, mais là, tout de même, il prit le temps d'y aller, et de frotter bien fort ses mains et son visage. À la 30ème friction il se rendit à l'évidence: non, ça ne partirait pas aujourd'hui. Maudissant le maître des écuries et le cheval malade de tous les noms d'oiseaux qu'il connaissait, dans tous les langues qu'il avait apprises, il s'était dirigé vers le terrain d'entrainement. Là, les sobriquets et moqueries avaient vite eu raison de sa patience. Il avait balancé son arme au lieu de la ranger avec son amour habituel, et était parti d'un pas lourd de colère.

Mais alors, me direz-vous, pourquoi le quartier paysan ? A vrai dire, Esteban s'apprêtait à faire une tâche qu'il devait faire depuis une semaine environ: acheter de l'avoine pour son poney. C'était une chose sur laquelle il ne lésinait pas: il voulait choisir lui-même son avoine ! Au moins, son poney n'accueillerait pas le cadeau en disant "tiens, mais tu t'es parfumé aujourd'hui, mon dié-dièg'" !

"- Pouah, Maman, il pue, le monsieur !
- ENFIELLÉ D'NABOT ! ON T'A JAMAIS APPRIS À RESPECTER TES SUPÉRIEURS ! J'me bats toute l'année pour la protection d'ingrats de ton espèce, ALORS SI JE VEUX PUER LA DIARRHÉE DE CHEVAL JE LE FAIS ! FILS DE...!"

Et boum. Il se prit une femme. en tout bien tout honneur. Ses réflexes lui permirent au dernier moment de rattraper la demoiselle, et la maintenir au-dessus du sol. Elle ne bougea pas. Il ne voyait que le haut de ses cheveux. Elle semblait bien vêtue. Elle sentait bon.

"- Demoiselle ? Tout va bien ?"

Oh, la jolie petite voix qui contrastait avec les injures balancées il y a moins d'une seconde ! Mais la demoiselle en question fit une erreur fatale: elle leva la tête. Et croyez-moi, il était fort heureux pour elle qu'à ce moment-là elle ne soit plus appuyée sur Esteban. Des images revinrent à la mémoire de mon apprenti guerrier. La même jeune femme, il y a peut-être un an, qui lui tombait également dans les bras. Aussitôt sa colère revint. Il n'entendit même pas son bonjour, ni ses remerciements. Il la coupa, en criant:

"- NON MAIS DITES DONC c'est pas bientôt fini ? Tomber sur les gens ! En voilà une façon de faire ! ON DIT "BONJOUR" quand on veut aborder quelqu'un ! Non mais oh ! Vous avez été élevée chez les poulets ou quoi ? Y EN A MARRE de ces gens qui se croient tout permis ! Alors maintenant vous serez mignonne D'ARRÊTER DE ME PRENDRE POUR UN RAMASSE-DEMOISELLES et de vous tenir debout TOUTE SEULE !"

Il s'apprêtait à repartir, l'esprit encore plus agité de sombres pensées et d'injures qu'avant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gheof.deviantart.com/
Lirya Szabo
Niaise ? Point du tout !
avatar

Messages : 120
Localisation : Etelka.

Feuille de personnage
Magie:
57/100  (57/100)
Métier : Prêtresse

MessageSujet: Re: Encore tombée. [ Esteban-Diego ]   Ven 10 Aoû - 15:34

La jeune Lirya écouta sans broncher le discours du jeune écuyer. Bien que ce dernier sembla énervé, elle était presque sûr qu'il ne pensait pas un mot de ce qu'il disait. Si justement il la reconnaissait, il aurait dû savoir qu'elle était prêtresse, la Gardienne aux Poupées, et qu'elle commençait tout juste la télépathie. Enfin, pour l'instant, ce don là n'était presque pas développé, et elle ne pouvait pas l'utiliser, mais elle comptait bien acquérir de nouvelles expériences pour que son dons devienne plus important qu'il ne l'est maintenant.

En parlant de don, elle en avait un autre, celui qu'elle utilisait tout le temps, quasiment, et qui faisait d'elle la prêtresse qu'elle était. C'était aussi ça qui faisait d'elle la Gardienne aux Poupées, puisqu'en créant des poupées, à l'effigie de la personne à laquelle elle est liée, Lirya pouvait voir l'histoire de la personne, son passé. Pourtant, il fallait encore qu'elle touche les poupées pour le faire, elle n'en était pas encore au point de pouvoir lire dans ses poupées. Revient sûrement ici la télépathie qu'elle devrait absolument travailler.

Ah, enfin Esteban-Diego avait fini de parler, elle ne l'avait presque pas écouté, puisque s'énerver comme il l'avait fait n'avait servi à rien. Elle riait presque intérieurement de ses réactions de jeune homme, cependant, lorsqu'il s'apprêta à la laisser en plan, en partant vivre sa petite vie d'écuyer, elle lui prit le poignet, mais le relâcha aussitôt, sachant très bien que ce geste n'aurait dû être fait. Et surtout que son interlocuteur aurait plus que moyennement apprécié son attitude. Elle s'engagea alors.

« - Monsieur, comme il me semble que dans votre emportement, vous n'ayez pas entendu mes remerciements, j'aimerais les réitérer. Donc, s'il vous plaît, jeune Esteban-Diego, voulez-vous accepter mes remerciements, pour m'avoir rattrapée alors que je manquais de trébucher. Votre geste fut bien aimable, et j'aimerais, plus que de remerciements oraux, vous manifester ma gratitude. Je serais ravie de vous offrir ce qu'il vous plaira. Et au vu de votre tenue, un tour chez un tailleur. »

Elle semblait sûre d'elle d'avoir proposé ceci, pourtant, elle n'en était maintenant plus très sûre. Il lui fallait attendre, elle ne pourrait plus rien faire d'autre, mis à part le saluer, et partir. Oh oui, tiens, elle devait rendre visite à cette paysanne, qui semblait dans l'incapacité d'avoir des enfants. Mais maintenant qu'elle avait dit à Esteban-Diego qu'un tour chez le tailleur ne lui ferait pas de mal, elle ne pouvait plus se rétracter, et le laisser seul. Après tout, la femme qu'elle devait aller voir, n'avait pas pris rendez-vous avec Lirya, et donc, cette dernière n'était pas attendue quelque part.

Elle attendit que l'écuyer réponde à sa tirade, que ce soit positif ou négatif. Et puis, si c'était négatif, elle irait poursuivre le but pour lequel elle avait abandonné son amie. Puis elle repensa à sa chute. C'était à cause de sa robe, qu'elle tombait toujours, elle ne voyait pas où elle mettait les pieds. Ça la rendait maladroite, et lui donnait deux pieds gauche. Mais peut-être que chez le tailleur... Non, les femmes ne portaient pas ce que les hommes portent. Une espèce de culotte, ou collant. Bien que la soie ou le tissu, pour les bourgeois, que contenait ces vêtements, auraient donné à Lirya l'impression que ses jambes étaient enfermées.

Elle se souvint du début, où elle avait évoqué son don, la télépathie.. Pourquoi ne pas l'essayer, ici, sur Esteban-Diego ? Personne n'en saurait rien, puisque la personne ne sentait pas que quelqu'un s’introduisait dans son esprit. Souriante, mais concentrée, elle essaya de percer l'esprit de l'écuyer. Elle ne fit que se heurter à un trou noir, ou un mur. Mais en poussant un peu plus loin, un tout petit peu, elle réussit à..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://unehistoireoudeux.overblog.com/
Esteban-Diego Vivirando
Mr Subtilité
avatar

Messages : 149

Feuille de personnage
Magie:
25/100  (25/100)
Métier : Ecuyer

MessageSujet: Re: Encore tombée. [ Esteban-Diego ]   Ven 10 Aoû - 17:23

Han l'erreur... Han ma pauvre Lirya... Je veux dire... Tu avais sans doute mieux à faire aujourd'hui, non ? Caresser des oiseaux, regarder des poissons, dire des choses futiles... Des occupations de prêtresse, quoi. Pourquoi aller s'embêter avec un Esteban-Diego ? Habituellement, les gens, quand ils voient qu'il est de mauvaise humeur et de mauvaise foi, ils le laissent bouder dans son coin jusqu'à ce qu'il se calme, et ça marche plutôt bien. Quand ces gens sont des camarades masculins du même âge qu'Esteb', il y a également des chances pour qu'ils commencent à se taper dessus. Mais vouloir le calmer et le raisonner... Personne n'avait jamais essayé. Il faut dire que personne n'avait la patience, l'envie, le temps...

D'autres que moi t'auraient dit "c'est folie, c'est inutile, il va t'envoyer dans les roses". Sauf que c'est mon perso', et que je le connais mieux que ces autres gens. Donc je te dis: "il va PEUT-ÊTRE t'envoyer dans les roses".
En fait, alors qu'il venait juste de faire demi-tour, Esteban se souvint d'une chose. Il se souvint pourquoi, jadis, il n'avait pas enguirlandé la "jeune" tombeuse: c'était une prêtresse... Mierda, c'était la gardienne des poupées ! Il venait d'enguirlander la gardienne des poupées ! Ah puis bien, en plus ! Ohlala, il allait se faire rouspéter...! C'était mauvais pour sa carrière, ça ! En plus, le roi, il allait forcément l'apprendre... Aïeaïeaïe !
Bon, par contre, réflexe de guerrier, il dégagea sa main dès qu'on la lui saisit. Cependant, il se retourna vers Lirya. Il s'apprêtait à s'excuser, mais elle parla avant lui. Il l'écouta, le visage dur, fermé, en ravalant doucement sa colère et ses angoisses. Du moins, en essayant. Sa colère maintenant se dirigeait contre lui-même: c'était le boulet... Le boulet. Elle lui proposa d'aller chez le tailleur... Quoi, il n'était pas beau en plus ? Lui, il aimait beaucoup sa tenue ! Enfin, c'était une livrée d'écuyer, presque un uniforme, quoi. Le nettoyage d'écurie ne l'avait pas salie, mais;.. Il n'avait pas pensé qu'elle était peut-être imprégnée de l'odeur.

Il s'observa une dernière fois, pour vérifier que ce n'était pas une tache qui avait mis la puce à l'oreille de la prêtresse. Oh, peut-être un peu de poussière... Mais rien d'affolant. A part l'odeur.

"- Euhm. Ecoutez, c'est très gentil de votre part, mais, hm... C'est un peu exagéré, tout de même. Ca ne mérite pas, euh.... Vous voulez que je vous offre un habit ?" proposa-t-il, avec une voix que sa précédente colère rendait rauque, et sèche.

De la logique ? Vous voulez de la logique ? A l'instant il l'avait tout juste enguirlandée, et là il allait lui proposer carrément de lui offrir un habit, alors qu'il n'avait sur lui qu'assez pour une portion d'avoine ? Bah... Il cherchait un moyen de se faire pardonner, pour qu'elle n'aille rien dire au roi. Que voulez-vous... Parfois l'ambition impose des sacrifices.
Esteban ne se souciait guère de ce qu'allaient penser les gens qui l'entouraient de ce brusque changement d'attitude. Dans sa tête, plusieurs choses se bousculaient: la colère (elle ne partirait pas aussi facilement), l'agacement dû à son odeur, la crainte que tout cela arrive jusqu'au roi... La crainte que cela s'ébruite tout court, d'ailleurs. Puis la pré-occupation: comment allait-il s'en sortir ? Et l'avoine ? Et si elle voulait un habit très cher ? Bon sang, pourvu qu'elle décline l'invitation...!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gheof.deviantart.com/
Lirya Szabo
Niaise ? Point du tout !
avatar

Messages : 120
Localisation : Etelka.

Feuille de personnage
Magie:
57/100  (57/100)
Métier : Prêtresse

MessageSujet: Re: Encore tombée. [ Esteban-Diego ]   Ven 10 Aoû - 17:58

..Ah ben non. Elle n'a pas réussi. En même temps, il l'avait complètement déconcentré, en parlant. Enfin, avec ce qu'il avait dit. Pour la bienséance, elle se retint de rire, cependant, elle n'en pensait pas moins. Lui, vouloir lui offrir un habit ? Avec ce qu'il portait sur le dos ? Tout de même.. Elle hésita à accepter l'invitation, puisque ça serait drôle, quand même. Et puis, il le mériterait, on ne parlait pas de cette manière impunément à une jeune demoiselle, et qui plus est, une prêtresse. Mais elle était gentille, et n'avait pas relevé l'incidence. Elle ne voulait pas être la cause de la perte d'emploi du jeune homme.

En plus, il l'avait coupé dans sa concentration pour entendre ses pensées ! Certes, ce n'était absolument pas poli, mais c'était très très tentant. D'ailleurs, pourquoi ne pas ré-essayer, en laissant penser l'écuyer sur le devenir de son destin ? Elle pourrait justifier ça par une absence, que la jeune femme qu'elle devait aller voir au départ devenait de plus en plus triste, alors qu'elle découvrait sa stérilité.. Bon, pour l'instant, elle n'en savait rien. La poupée était avec elle, dans le petit sac qu'elle portait au poignet, et donc, n'avait pas de contact direct avec. Si elle pouvait la toucher pour savoir..

Mais Esteban-Diego devait éperdument se moquer de ses absences, vu son comportement. Mais bon, Lirya, elle, ça la ferait sentir sereine. Que dirait le Dieu s'il l'entendait ? Elle prit peur, mais pourtant, voulant accroître son don, elle oublia momentanément le Dieu. Elle se concentra donc un peu, puis un peu plus. Elle se cogna encore contre le mur noir, mais en forçant un petit peu, elle arriva à entendre un leger « Avoine » ou quelque chose qui y ressemblait.

Mais c'était logique, l'écuyer devait penser qu'au lieu de faire sa proposition, et de devoir acheter un habit pour la demoiselle, il aurait mieux fait de garder ceci pour lui, et d'aller acheter de l'avoine pour ses chevaux. Enfin, ça, c'est ce qu'elle en déduisait, parce qu'après tout, elle lisait pas encore dans les pensées. Pas les fleurs, hein, pendant qu'elle y pense. Ça fait beaucoup de « penser » ça. Elle engagea donc.

« - Non merci, pour l'habit, cependant, j'insiste pour vous emmener chez le tailleur. Avez-vous une autre tenue en dehors de votre habit de travail ? D'ailleurs, avez-vous une monture ? »

Curieuse ? Oui et non. Elle le savait, mais elle voulait qu'il le lui dise. Comme ça, il pourrait offrir l'avoine à son cheval, et elle pourrait lui faire un présent avec une tenue pour décente. Mais cela restait selon les points de vue. Pour finir sa phrase, elle lui fit un grand sourire, qui devait passer pour innocent. Elle l'était, ne croyez pas le contraire, mais lire dans la tête des autres, même si personne ne le savait, était une effraction. Et ça, Dieu le savait.. Mais quelque part.. C'était son don, elle avait le droit d'en profiter, non ? Sinon, à quoi ça servirait qu'on lui fasse cadeau d'un don, et qu'elle ne puisse s'en servir ? Injuste. Elle n'irait pas revendiquer, mais elle allait l'utiliser. Et ce, sans que personne n'en soit au courant. Peut-être le Roi.. Ou encore sa meilleure amie ? Ou juste personne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://unehistoireoudeux.overblog.com/
Esteban-Diego Vivirando
Mr Subtilité
avatar

Messages : 149

Feuille de personnage
Magie:
25/100  (25/100)
Métier : Ecuyer

MessageSujet: Re: Encore tombée. [ Esteban-Diego ]   Sam 11 Aoû - 12:47

Là, ça devenait gênant. Depuis quand les femmes offraient-elles des habits aux mâles qu'elles connaissaient à peine ? Depuis quand une prêtresse faisait des cadeaux aux écuyers ? Cela ne s'était jamais vu ! Enfin, généralement, quand un homme offrait un cadeau à une belle, ou à quelqu'un de rang inférieur, c'était...

OH MES DIEUX ! Etait-ce possible...? Lirya serait-elle... Amoureuse de lui ? Ces "chutes" presque pas calculées pour tomber sur lui, cette proposition qui insistait, ce poignet retenu... Se pouvait-il qu'elle en pince pour un simple écuyer ? Impossible. Enfin, vous arriveriez à tomber amoureuse de quelqu'un qui sent la diarrhée de cheval, et qui vient de vous traiter de fille de poulet ! On a beau dire que l'amour est aveugle, il y avait des limites. Il ne pouvait pas être aveugle, sourd et nez-bouché ! D'autant plus que Lirya ne semblait pas enrhumée. Après, il voulait bien croire qu'elle ne résistait pas à son accent, son sang ibérique, ses beaux yeux verts, ses muscles, ses talents équestres et militaires, son...

Hum. Esteban redescendit sur terre. Non, une prêtresse ne s’amourachait pas aussi facilement du premier beau gosse venu. Elle devait avoir d'autres raisons... Un pari entre prêtresses, peut-êre, ou juste une énorme envie de faire une bonne action. C'est alors qu'EDVdL pensa à quelque chose: et si elle avait vraiment mal pris son agacement ? Si elle avait cru que TOUTE sa colère était sa faute ? Ouille. Ce n'était pas le but. Enfin, Esteban avait l'habitude d'être assez méprisé et haï pour que l'on ne prenne pas la mouche. Il commençait doucement à regretter ce qu'il avait fait, sans plus que cela soit motivé par ses ambitions. Il n'aimait pas faire mal aux femmes.

Que faire, alors ? Il ne pouvait pas la laisser lui offrir un cadeau, c'était illogique. En même temps, si cela pouvait lui faire plaisir... Il avait une gaffe à rattraper. Peut-être qu'éloignés de cet endroit, il trouverait le courage de lui dire qu'il n'avait pas voulu lui parler ainsi. Ses joues avaient rosies légèrement, sous l'effet de cette honte qu'il gardait pour lui, celle d'avoir ainsi blessé -il en était sûr !- une prêtresse. Mais il essayait de ne rien laisser paraitre. Habitude, que celle d'avoir toujours l'air peu avenant.

"- Si vous insistez... Mais promettez-moi que vous me laisserez vous offrir quelque chose.""

C'était sa façon de se racheter une conscience. Tant pis pour l'avoine, il ira un autre jour...

"- Bah, j'ai cette tenue, en double... J'ai une autre tenue pour les autres jours... Et... Euh. Voilà. Et oui, j'ai une monture, mais elle est largement assez équipée, ne vous en faites pas."

C'était clair. Presque plus équipée que son cavalier. En tout cas, avec du matériel plus neuf. Esteban avait fini sa croissance (ou ne l'avait pas commencé) et portait cette même livrée depuis 2 ans. Quand son chevalier l'avait nommé écuyer, il l'avait reçue. Depuis, il l'avait gardée... Tout comme ces chaussures: il avait ces bottes, usées jusqu'à la moelle, et ses chaussures "de ville". Mais c'était tout. Et il ne s'en plaignait pas. Son logement n'avait pas besoin de trop s'encombrer...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gheof.deviantart.com/
Lirya Szabo
Niaise ? Point du tout !
avatar

Messages : 120
Localisation : Etelka.

Feuille de personnage
Magie:
57/100  (57/100)
Métier : Prêtresse

MessageSujet: Re: Encore tombée. [ Esteban-Diego ]   Dim 12 Aoû - 9:16

La prêtresse vit les joues de l'écuyer rosir, et à l'instant, se demanda pourquoi elle n'avait pas pris sa poupée. Ah, oui, parce que ce n'était pas prévu, et surtout, qu'elle ne pouvait pas sortir avec toutes les poupées qu'elle avait. En parlant bien sûr de celles des habitants actuels d'Etelka, mais aussi celles des futurs habitants d'Etelka. Elle continua de le regarder, jusqu'à ce qu'il parle. Lui offrir quelque chose ? Hm, pourquoi pas. Mais seulement s'il lui offrait le plaisir de la laisser lui offrir, elle, un habit. Ou alors, elle allait ruser.

« - Bien, dans ce cas.. Ce qui me ferait plaisir, c'est que vous me laissiez vous offrir ce que je vous propose depuis le début de cette conversation. C'est en quelque sorte, j'en conviens, pour me faire pardonner de vous être tombée deux fois de suite dessus, en l'espace d'une année. »

En espérant qu'il accepte, maintenant. Il répondit à sa seconde question, celle d'auparavant, en lui disant qu'il avait sa tenue en double, qu'il en avait une autre pour les autres jours. Mouais, elle imaginait l'état de l'autre tenue, surtout qu'il n'avait pas l'air bien riche. Et.. Mince. Il avait répondu pour l'équipement de sa monture. Et l'avait même rassurée en rajoutant de ne pas s'en faire. Il était télépathe et avait deviné son intention d'acheter l'avoine pour sa monture ? Enfin, peut-être, ça, mais ne sait-on jamais. Non, non ! Elle le connaissait, elle connaissait son don, la bioluminescence. Et, euh.. Ça servait à quoi ? Ah, oui, faire de la lumière avec son corps.

Bon, comment allait-elle faire ? Oh, elle verrait sur le moment. Pourquoi ne lui poserait-elle pas des questions sur sa monture ? Ça ferait trop intéressée ? Il devait se poser des questions, ça, c'était sûr. Mais elle était juste une fille gentille, qui voulait se racheter de ses inattentions. Après, tout, elle n'avait rien à se reprocher, alors une ou deux petites questions, en l'entraînant subtilement vers le tailleur le plus proche semblait pas mal, non ?

« - Et, hm, quelle est votre monture ? Un cheval ? Un poney ? »

Elle n'irait pas dire qu'elle n'y connaissait rien, mais Lirya s'y intéressait vraiment. En tous cas, elle serait incapable de mettre une image sur telle race ou sur telle robe. Pourtant, elle trouvait les chevaux très beaux et pour la plupart, majestueux. En espérant qu'Esteban-Diego ne se rende compte de rien, elle amorça un pas, puis un second, en faisant très attention où elle mettait les pieds, en tâtant le sol. Ce qui faisait qu'elle marchait lentement. Mais ça ne semblait pas déranger outre mesure, surtout qu'ils étaient en pleine discussion.

Elle repensa encore à cette jeune femme, que la Gardienne aux Poupées était censée aller voir. Elle plongea donc la main dans son sac, jusqu'à trouver la petite poupée qui lui était consacrée. # Tout tourne autour d'elle. Juliane tremblait, depuis quelques heures, maintenant, elle était recroquevillée sur elle-même. Son mari allait la renier, elle en était sûre. Depuis des semaines, et des semaines, qu'elle attendait. Elle aurait dû avoir les premiers symptômes de la grossesse, pourtant, elle n'avait rien eu. Elle désespérait presque, plus que tout à l'heure. Toute sa vie, alors qu'elle n'était pas encore considérée comme une sorcière, elle avait été élevée pour être à la maison, faire des enfants, les élever à son tour.. Mais aujourd'hui, la chance ne semblait ne pas la nourrir.#

Lily se rendit compte que c'était plus grave qu'il n'en paraissait. Elle s'était même arrêtée, ne répondant plus pendant quelques minutes à son interlocuteur. Espérant qu'il n'en tienne pas cas, elle lui fit un faible sourire, avant de se remettre à marcher, les jambes tremblantes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://unehistoireoudeux.overblog.com/
Esteban-Diego Vivirando
Mr Subtilité
avatar

Messages : 149

Feuille de personnage
Magie:
25/100  (25/100)
Métier : Ecuyer

MessageSujet: Re: Encore tombée. [ Esteban-Diego ]   Dim 12 Aoû - 11:07

Parler de cheval à Esteban, c'était un peu le prendre par les sentiments, l'attaquer sur un sujet qui lui tenait à coeur. En même temps, heureusement que cela lui tenait à coeur, étant donné qu'il passait la moitié de ses journées aux écuries !

"- C'est un double-poney. Un New Forest. Mon père l'a fait venir d'Angleterre jusqu'en Catalogne. Il m'a ensuite accompagné jusque dans le Saint Empire Germanique, puis à Etelka. Il s'appelle Guerrer de Març."

Et là, vous ne voyez pas un souci ? Genre... Le poney anglais qui porte un nom catalan ? Bah, en fait, ce poney était une commande du Señor Vivirando, qui avait choisi le nom du bestiau, sans se soucier du nom de l'élevage. Du coup il l'avait appelé "Guerrer de Març" pour faire comme si ce poney avait bel et bien vu le jour en catalogne. A vrai dire, il avait tout de même espéré que son fils en grandissant devienne apte à grimper sur de fiers chevaux ibériques: des lusitaniens, lipizzans, pur race espagnole, alter real... Mais la croissance d'Esteban-Diego l'avait vite fait déchanter.
Mais comme chez les Vivirando on ne connait pas la honte (ou du moins, on semble ne pas la connaitre), il avait fait une fierté de ce double-poney (une expression utilisée pour ne pas dire "poney", et donner l'impression qu'il était plus grand qu'il en avait l'air. Quelque part, ce n'était pas faux: Guerrer était tout de même à la limite entre cheval et poney). On avait alors tenté de développer au maximum son potentiel...

"- Il n'est pas bien lourd, mais assez robuste. On l'a plutôt bien musclé, et puis, il est très résistant. Alezan, légèrement brûlé. Il sait s'adapter à toutes les exigences, il est très vifs... Si vous voulez, il n'a pas cet oeil mou qu'ont parfois les vaches. On sent qu'il s'intéresse à son monde. Je l'entraine à la guerre... Mais vous verriez ces allures ! C'est un homme de mon pays qui l'a entrainé, et il a un trot vraiment pas mauvais, et un galop bien élégant, bien impulsif."

Oui, Esteban s'était tellement impliqué dans son apprentissage équestre qu'il arrivait à reconnaitre de belles allures chez un animal. En même temps, ce n'était pas dur: il fallait avoir vu une fois un cheval lambda trottiner sans y croire, puis avoir vu un cheval dans un joli trot, y mettre du sien, sans compter ses efforts.

"- Et vous, avez-vous une monture, dame Lirya ?"

Tout cet éloge de son poney, il l'avait fait sans vraiment regarder Lirya. Il avait regardé ses pieds, le sol, les maisons, les passants, son épée... Mais pas Lirya; D'ailleurs, là, il regardait encore une maison, lorsqu'il se rendit compte que Lirya ne répondait plus. Il craignit un instant de l'avoir perdu, et se tourna vers elle. Elle venait de s'arrêter, et semblait... Ailleurs. Vision ? Ou... Manque de sucre ? Esteban revint vite vers elle, prêt à la rattraper une troisième fois. Au lieu de quoi il eut un sourire. Et elle se remit à marcher. Sans répondre à sa question. Ce qui fit croire à Esteban qu'elle n'avait en effet rien entendu. C'était étrange.

"- Tout va bien ? Vous voulez rentrer ? Vous n'avez pas l'air en forme..."

Il n'avait pas besoin de mimer l'inquiétude, elle se sentait dans sa voix, même si son orgueil et son ancienne colère l'empêchaient encore de trembler. Sans lui proposer, il lui offrit son bras, pour ne pas dire qu'il la força à prendre appui sur lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gheof.deviantart.com/
Lirya Szabo
Niaise ? Point du tout !
avatar

Messages : 120
Localisation : Etelka.

Feuille de personnage
Magie:
57/100  (57/100)
Métier : Prêtresse

MessageSujet: Re: Encore tombée. [ Esteban-Diego ]   Dim 12 Aoû - 19:24

Elle avait entendu vaguement la dernière phrase d'Esteban, pourtant, elle n'aurait pu y répondre. Alors, comme elle l'avait décidé plus tôt, elle s'avança, tremblante. Il lui demanda si ça allait. Bien sûr que ça allait ! Elle, elle allait très bien, mais Juliane, elle, on ne pouvait pas en dire autant. Elle avait senti qu'elle était épuisée de la situation actuelle qu'elle subissait. Ce n'était pas sa faute, et elle, Lily, pourrait ne rien y faire, mis à part lui parler et la consoler.

Esteban-Diego lui tendit son bras. Il avait remarqué qu'elle tremblait, sûrement, ses pas n'étaient plus très sûrs, et le sourire bienveillant qu'elle voulait lui donner devait plutôt ressembler à un sourire triste ou à une grimace. Fort peu élégant pour une dame comme elle, mais là.. Son esthétique lui importait que peu.

« - Je.. Non, non, je vais bien, merci. Je, j'ai juste eu.. une absence, vous savez, avec les dons, parfois.. ils sont bien utiles, mais comportent des effets secondaires. »

Le tout avait été dit d'une voix faible, au départ, mais se ressaisissant sur la fin. Elle arbora un nouveau sourire, plus franc. Elle n'oubliait pas Juliane, qu'elle devrait se dépêcher d'aller voir, sa souffrance devait lui faire bien plus de mal qu'à la Gardienne aux Poupées. Elle se trouva stupide de ne pas avoir su écouter Esteban-Diego lorsqu'il lui avait parlé de son monture. Parce que d'après ce qu'elle avait compris de la dernière phrase avant qu'elle ne reprenne ses esprit, il était absorbé par son récit. Elle s'en voulait, vraiment, c'était de sa faute.. Elle avait été écouter la poupée pendant qu'elle était en pleine discussion.. Dès ce soir, elle ira se faire pardonner auprès du Seigneur.

Elle devrait se dépêcher.. Soit elle allait voir Juliane maintenant, et donc, laissait en plan l'écuyer, mais elle lui demanderait s'ils pouvaient se retrouver plus tard. Soit elle restait avec le jeune homme, le pressant, en l'emmenant de suite chez le tailleur, en lui donnant quelques florins, et qu'il se débrouille. À la limite, elle lui donnerait même plus pour acheter l'avoine pour sa monture. Ou alors, elle restait avec lui, prenait son temps.. Non ! Hors de question. Elle choisi donc la seconde solution.

« - Allons chez le tailleur, si vous voulez bien. »

Et sans prévenir, ayant retrouvé de l'assurance, et surtout alors qu'elle lui tenait encore le bras, elle l'emmena. Arrivés devant la boutique la plus proche, elle lui fit signe d'entrer, et le suivit rapidement. Elle alla parler au tailleur, en lui disant de servir le jeune homme comme il le voudrait, et qu'elle viendrait payer sa note plus tard. Voilà, nouvelle solution trouvée sur le moment. Les etelkans la connaissaient et savait qu'elle reviendrait. Et savaient surtout qu'il ne fallait pas l'arnaquer. Parce que bon, avec ses poupées...

« - Bien, voilà, Esteban-Diego, j'ai dit au tailleur de vous servir ce que vous souhaitez. Je viendrais payer ma note plus tard, j'ai vraiment une urgence, vous vous en douterez. »

Elle lui fit un dernier sourire, ainsi qu'un à l'attention du propriétaire de la boutique, et partit. En chemin, elle ressassa ce qu'elle avait vu avec sa poupée...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://unehistoireoudeux.overblog.com/
Esteban-Diego Vivirando
Mr Subtilité
avatar

Messages : 149

Feuille de personnage
Magie:
25/100  (25/100)
Métier : Ecuyer

MessageSujet: Re: Encore tombée. [ Esteban-Diego ]   Lun 13 Aoû - 10:39

Esteban-Diego grogna en entendant Lirya évoquer les dons. Qu'elle ne se plaigne pas des effets secondaires ! Aurait-elle vraiment apprécié de n'avoir aucun effet secondaire, mais de ne pouvoir que changer la couleur de ses cheveux, ou pire, ne pouvoir que briller ? Si elle aimait lire le soir, cela pouvait être intéressant... Une journée ou deux... Mais ces dons-là ne remplissaient pas toute une vie. Esteban-Diego ne se sentait sorcier que parce qu'il était chassé... Il n'était sorcier que parce qu'Etelka était la seule à le protéger. Les autres sorciers ne l'appréciaient pas plus que les Germaniques... Mais ils le toléraient. Alors du coup, il les défendait. Ou du moins le voulait. Mais il n'estimait pas appartenir à la communauté des sorciers. Après, il avait cru comprendre que certains développaient plusieurs dons... Il fallait croire qu'il s'était fait arnaquer le jour où les dieux avaient distribué les dons.

Alors que la prêtresse marchait tout lentement il y a quelques secondes à peine, elle accéléra soudain, entrainant de "force" mon pauvre Esteban. Oh, il n'avait rien contre, même s'il n'avait rien de prévu cet après-midi (marcher lentement était une difficulté, pour lui !), cependant ce changement d'attitude était surprenant. Ils arrivèrent assez vite chez le tailleur. La prêtresse parlait vite, elle le salua à peine et, en moins de temps qu'il me le faut pour l'écrire (et pourtant, je suis sur skype en même temps), elle laissa mon Esteban planté là, tout seul, avec le Tailleur. Ce départ précipité ne présageait rien de bon... Un danger ? Qui pouvait la réclamer ? Ne pouvant le savoir, Esteban décida de passer à autre chose en attendant.

Il dévisagea le tailleur, qui venait de lui demander ce qui lui ferait plaisir. Soucieux encore de se faire pardonner (ou du moins de se pardonner lui-même) ses récentes actions vis-à-vis de la prêtresse, il hésita à dire qu'il ne voulait rien, puis partir, mais peut-être que cela aurait vexé celle à qui il avait dit qu'il le ferait... Bon, d'accord. Il demanda au tailleur quelque chose de simple, et peu cher. Il demanda également à ce qu'il mette de côté un beau ruban, qu'il paya avec ses sous. Il le donnerait à Lirya, quand elle viendra payer. Du coup, il lui restait bien peu pour l'avoine. Il allait tout de même en prendre. Il aurait juste besoin de retourner en chercher plus tôt que d'habitude.

C'est ainsi que se termina sa brève rencontre avec Lirya. Esteban-Diego l'ignorait encore, mais ce petit incident dû à la base à une diarrhée de cheval devait encore l'embêter un moment...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gheof.deviantart.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Encore tombée. [ Esteban-Diego ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Encore tombée. [ Esteban-Diego ]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ex Nihilo :: RPG :: Le Village :: Le Quartier Paysan-
Sauter vers: