AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion




Partagez | 
 

 Rowane Fennella

Aller en bas 
AuteurMessage
Rowane Fennella

avatar

Messages : 17

Feuille de personnage
Magie:
47/100  (47/100)
Métier : Chef des pèlerins

MessageSujet: Rowane Fennella   Mar 14 Aoû - 18:32

Rowane Fennella

Identité
Nom : Fennella

Prénom : Rowane

Âge : 16 ans

Métier : Chef des pèlerins

Spécialités : Métamorphisme lupin, pyrokynésie


Description physique
La voyez-vous, droite dans la steppe, les cheveux au vent, le regard fixe, les yeux brillants, les lèvres rouge sang, le nez frémissant et la mâchoire remuante ? La voyez-vous, la louve alpha, son bâton en main, regarder droit devant elle dans une direction que rien ne semble indiquer de préférence à une autre ? La voyez-vous marcher dans les bois de Zemplén, dans la Puszta, dans la plaine, au bord des rivières et des fleuves, déterminée, avec dans ses yeux assez de détermination pour contraindre les autres à se taire et à obéir ?

Oh, elle n'est pas belle, la louve alpha ! Ce n'est pas elle qui vous fascinera par son regard langoureux, par son beau sourire ou par sa jolie plastique. La louve alpha est garçonne dans ses lambeaux. Son corps est plus musclé que ne devrait l'être une fille comme il faut, c'est le corps d'une paysanne. Son visage porte encore les traces, quoique moins nombreuses que chez la plupart des autres, de la petite vérole contractée en bas-âge. Elle a les cheveux emmêlés et la peau terreuse. Son menton musculeux manque de grâce, mais ses dents sont saines et blanches lorsqu'elle les dévoile dans un sourire qui peut en paraître plus inquiétant que désiré. Son nez un peu écrasé, aux narines frémissantes, contraste fortement avec ses yeux : assez petits, enfoncés dans l'orbite (ce qui lui laisse de belles cernes) et cachés sous d'épais sourcils, d'une couleur marron très commune mais piquetés de paillettes ambrées, ils sont ce que l'on remarque en premier lieu dans sa physionomie tant ils brillent d'une lueur de profonde détermination et de volonté inébranlable.

Le corps de Rowane est bien en accord avec ce visage : musculeux, élancé, visiblement agile et robuste, ce genre de corps qui ne supporterait pas les vêtements contraignants, ce genre de fille qui a passé sa vie à courir dans les bois et dans la steppe. À la voir marcher d'un pas sûr et vif, le dos droit, la tête haute, on pourrait presque la croire infatigable, penser qu'elle sera toujours ainsi, fière et dominante comme une louve alpha. Qu'elle le soit effectivement est moins sûr, mais la jeune fille est endurante et souffrira en silence la plupart des maux qui lui tomberont dessus. De toute façon, elle a l'habitude, plusieurs cicatrices en témoignent. Et elle se tait.

Ajoutons quelques mots sur les vêtements de Rowane, et nous aurons un portrait relativement fidèle de la jeune femme. Rowane s'habille avec ce qu'elle trouve, ou plus ou moins. Au départ de Zemplén, après avoir fui son mari, elle possédait une robe de laine d'un jaune terreux, un châle assorti et une paire de souliers de cuir. C'est donc sa tenue ordinaire, et même la seule, qu'elle nettoie de temps en temps, lorsqu'une rivière veut bien lui prêter ses eaux. Au reste, la propreté n'est sans doute pas sa première préoccupation, celle-ci étant la survie... Enfin, mentionnons le petit crucifix de bois qu'elle porte au cou depuis son entrée au couvent et qu'elle n'a jamais quitté, en dépit des nombreuses déceptions que sa foi a pu connaître...


Description psychologique
Lisez-vous dans le regard de la Louve autre chose que de la détermination, que la plus profonde volonté à aller de l'avant et à surmonter tous les obstacles, quel que soit le prix de ces épreuves ? Pouvez-vous déceler autre chose que cette terrible obstination dans sa physionomie ? Comprenez-vous que rien ne l'éloignera de son but, quel que soit le prix à payer ? Très tôt, Rowane a compris comment fonctionnait l'ordre des choses : se taire, avancer. Éliminer les problèmes quand ils se présentent, les contourner quand ils sont impossibles à éliminer. Réfléchir avant toute chose. Savoir où on va. Ne pas s'arrêter pour ramasser les faibles. Marcher, ou crever. Mais ne surtout pas s'arrêter, ne pas se détourner du chemin. Jamais.

Mais cette ligne de conduite-là, elle ne l'applique souvent qu'à elle-même. Parce qu'elle est chef du groupe. Parce qu'elle est louve alpha. Parce que c'est à elle que reviennent les décisions importantes. Bien sûr, Aidrian Horvath y prend part, mais son avis, compte-t-il seulement ? C'est l'avis d'un non-loup, c'est l'avis d'un non-sorcier (ou du moins, d'un homme qui n'a pas encore montré qu'il maîtrisait un pouvoir, ce qui, à trente ans, était déjà bien triste et sans doute désespéré). C'est l'avis de celui qui n'a que l'instinct humain. Et c'est l'avis d'un nanti qui n'a jamais connu la détresse avant. C'est un avis superflu. Car aux yeux de Rowane, l'avis qui compte est celui de la personne qualifiée dans telle situation, sans compter le sien. Les avis des autres sont à peine audibles. Elle est très têtue.

Les autres de la meute, Rowane les traite en alpha : on sent que c'est elle qui dirige le groupe, mais aussi que c'est elle qui le protège. On sait que de nombreux membres du groupe lui doivent la vie sauve, en tout ou en partie. On la respecte, parce qu'elle a l'air tellement plus forte et volontaire, parce qu'elle n'aura jamais l'air perdue, parce qu'elle saura toujours ce qu'il faut faire. Parce que c'est une fille qui réfléchit, qui sait toujours où elle va. En contrepartie de ce respect, Rowane fait preuve d'un instinct protecteur envers les loups de sa meute. Mais gare à celle qui tâche de la défier ! Elle sera aussitôt rabrouée, plus violemment que nécessaire. On ne remet pas en question le pouvoir d'une alpha. Parce qu'elle ne veut pas que sa place soit remise en cause, Rowane se fait respecter en intimidant, par un moyen ou par un autre. À l'autre de comprendre le message.

Mais Rowane protège sa meute. Elle s'efforce de faire régner la cohésion entre tout ce beau monde, ce qui n'est pas vraiment une mince affaire. Elle veille à ce qu'il n'y ait pas de "loup oméga" qui fuie, car ce serait la perdition assurée pour lui... et pour eux, au cas où ils viendraient à être dénoncés. Elle assure l'organisation du groupe, donc sa sécurité. Elle veille à organiser la subsistance, à ce que chacun ait de quoi survivre jusqu'à la prochaine étape. Elle s'assure que chacun peut contribuer à la bonne vie du groupe. Et elle monte la garde un peu chaque nuit, narines au vent, à s'assurer qu'on ne les dérange pas. Parfois en louve, parfois en femme.


Biographie
"Parlez, ma fille. "

L'homme était grand. Imposant. Impressionnant. Et cette mitre ! Et ces beaux vêtements ! De mémoire de paysanne de la puszta, Rowane n'avait jamais vu d'aussi beaux atours. Dire que cet homme-là lui demandait de tout expliquer ! Comment pourrait-il un jour la croire, lui qui n'avait jamais quitté son couvent, lui qui venait de cet ailleurs que les serves comme elle ne fréquenteraient jamais ? Elle, elle n'avait jamais été de ce monde, elle n'était que la fille d'un serf des steppes hongroises, elle serait sans doute pas protégée, ni même défendue ! Et puis, elle devait mieux se taire. C'était l'père qui disait tout l'temps ça. Fermer son bec, garder les moutons dans la steppe, rev'nir avec toutes les bêtes et se taire encore.

Mais l'père, l'était plus. Elle pouvait parler sans crainte, maintenant. Et pis, l'bon Dieu, y lui en voudrait, si elle disait pas la vérité à un d'ses serviteurs. Y l'enverrait en Enfer avec les méchants. Elle y r'trouv'rait p't'être ben l'père, après tout, et l'cauch'mar recommencerait, vu qu'le Diable s'rait pas contre. Fallait qu'elle crache le morceau, un jour ou l'autre. Même si la mère lui répétait tout l'temps qu'y valait mieux s'taire, aussi, du moins avec les curés, pasque la plupart, y voulaient juste la tuer, comme les autres. Mais çui-là... Y semblait pas lui vouloir du mal, si ? Et pis, elle commettrait un péché encore plus grave, si elle mentait à un r'présentant de Dieu sur la Terre... Ca s'rait ben plus grave encore...

" Mon père... Vous m'croirez pas, hein... C't'histoire... Tout l'monde, y m'dit d'dire just' c'qu'est disable, comme quoi ch'suis la gamine à une morte et à un bon chrétien, ben que serf, qu'ma mère, elle est morte quand ch'suis née, pis qu'mon père, y m'a él'vée chrétienn'ment... Pis que ch'suis eun' mauvais' fille just' bonne à garder les moutons dans la puszta, même pas capab' d'gagner son pain correctement, alors qu'li, y trime toute la sainte journée pour payer l'cens, pis la dîme et la gabelle...

Mais tout ça, c'est des mensonges, m'seigneur ! Lui qu'est si bon chrétien, l'a accusé ma mère d'sorcell'rie quand j'étais p'tite, pis elle s'est enfuie pour pas qu'on la r'trouve, pasqu'elle savait ben qu'elle avait rin fait d'mal ! C'est lui, le Diable, m'seigneur ! Lui, qui dit qu'est si bon chrétien, y m'a fait des choses pas disables d'pis que j'sis p'tite, pasqu'y disait qu'j'lui rapp'lais la mère. Y l'aimait p't'être, la mère, mais l'a quand même traitée d'sorcière pis mise hors l'huis, hein ! Pis à force, c'dev'nu pire... Ch'sais pas c'qu'y voulait faire d'moi... Y disait parfois des trucs, comme quoi j'tais comme elle, eun' mauvaise... Alors, j'ai pris l'produit pour tuer les rats... J'li ai mis dans son vin... L'a bu, l'est mort...
"

L'enfant éclata en sanglots, moins à cause du regret que de la peur de l'Enfer qui planait sur sa tête.

" Pardon, m'seigneur... J'ai péché cont' Dieu... J'ai pas honoré mon père et ma mère... J'vais aller en Enfer... J'sis eun' mauvais' fille, hein ?... "

Un long silence, encore. Difficile de dire s'il était plus accablant qu'une accusation à haute voix ou plus rassurant que quelques paroles de réconfort...

" M'seigneur... J'sais qu'y vont tous aller dire qu'sis eun' sorcière... Mais j'sis bonne chrétienne, j'veux pas qu'y m'brûlent sans que j'pisse rach'ter mes fautes... "

L'évêque ne la laissa pas finir.

" Ma fille, pour l'amour de Notre Seigneur Jésus Christ, notre Sauveur, qui s'est sacrifié pour nous, ne dites rien de cela. À personne. À jamais. "

Encore cette règle sacro-sainte : se taire, se taire, se taire. Encore une fois, elle promit. Et l'évêque ne dit rien de toute cette confession. Il la fit entrer au couvent comme novice. Rowane goûta à l'instruction.

Nous étions en 1472. Sans le savoir, l'enfant qu'elle était venait de bouleverser l'homme à qui elle devait un nouvel avenir. Un an passa, qui fut sans doute le plus heureux de son existence. Puis, l'évêque partit pour Rome et Rowane se retrouva sans son seul protecteur. Pendant son absence, Rowane s'était encore renfermée sur elle-même, si du moins c'était possible. Elle ne parlait quasiment pas, faisait ce qu'on lui demandait, priait le Seigneur avec ferveur de lui pardonner ses péchés. L'évêque revint, reprit ses fonctions. Rowane se rouvrit un peu, se découvrit également un attrait étrange pour l'une des soeurs, de beaucoup son aînée : Lirya Szabo. Il lui semblait que Lirya n'était pas comme les autres, qu'elles appartenaient au même monde, sans pouvoir dire pourquoi elle avait cette curieuse impression... Toutefois, si les deux filles échangèrent quelques mots de temps à autres, Rowane ne noua pas d'amitié plus profonde avec elle. L'âge n'aidait certes pas, en dépit de l'apparence rassurante qu'avait Lirya et de son air éternel de dire "je ne te jugerai pas", mais le fait était surtout que Rowane craignait de parler... Elle devait se taire à jamais, comme promis à l'évêque. Se taire, toujours.

L'évêque repartit. Peu après son retour, il fut accusé de sorcellerie et condamné à mort. On le brûla, avec d'autres, comme la soeur Lyria. Rowane se replia définitivement sur elle-même, bien que les autres habitants du couvent puissent voir un changement radicalement différent s'opérer en elle : la fillette semblait plus douce, plus sage, plus sociale... Elle se mêlait davantage aux autres novices, elle veillait à s'instruire mieux encore qu'auparavant... Bientôt, on songea à la marier. On lui trouva un époux à la hauteur de sa condition de manante, un métayer de huit ans son aîné qui devint son époux devant Dieu. Le couple fut heureux un temps : un an et deux mois. Rowane avait quinze ans et un enfant lorsqu'arriva ce qui n'aurait jamais dû arriver. La famine sévit sur le village. Les champs du mari de Rowane restèrent fertiles. Et Rowane fut accusée de sorcellerie, rattrapée par le Destin.

L'homme tua son enfant. L'épouse affolée s'enfuit, courut vers les monts Zemplén, vers la forêt dense où on ne la retrouverait pas. Elle retrouva, après huit ans, sa mère encore vivante, au milieu des loups, et s'étonna de sa survie. Bientôt, elle comprit tout : sa mère était métamorphiste louve... Elle-même l'était également, elle ne tarda pas à le découvrir, puis à apprendre doucement à maîtriser ce don-là. Mais la vengeance bouillait encore dans son coeur contre le mari infanticide, contre le peuple, contre le sort. Elle se sentait appelée à ne pas faire comme sa mère, à ne pas passer sa vie dans ces bois, à ne pas rester les bras croisés en laissant les autres mourir. Elle devint la louve alpha, à la place de sa vieille mère.

Quelques mois avaient passé lorsque les deux femmes quittèrent les forêts de Zemplén, marchant dans une direction qu'elles-mêmes ne connaissaient pas. Il leur fallait avancer, avancer encore, avancer sans cesse. Renforcer leur petit groupe de quelques accusées fut plus difficile que prévu, du moins au début, mais elles y parvinrent. C'est ainsi que le groupe de pèlerins passa de deux à cinq, puis à dix, puis à vingt... jusqu'aux 88 actuels. Pendant ce temps, la personnalité dominante de Rowane n'avait cessé de s'affirmer. La louve alpha était ombrageuse, bornée, mais courageuse et protectrice. Et elle avançait encore. Le groupe s'était renforcé de diverses personnes, dont Aidrian Horvath et Lou. Sa cohésion se faisait tout autour d'elle, à sa fierté comme à sa peur : la peur de faillir, celle de n'être pas à la hauteur du guide qu'on avait élu en sa personne. Mais elle tairait sa peur. Et elle avancerait encore.


.........................................


Scaramouche

La joueuse
Avez-vous un autre surnom, en tant que joueur ?
Appelez-moi Scaramouche (ou Domi').

D'où avez-vous connu le fofo ?
En faisant une innocente recherche internet.

Depuis combien de temps rpez-vous ?
Excellente question...

Qui est l'auteur de votre avatar ?
Anna Taut
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rowane Fennella

avatar

Messages : 17

Feuille de personnage
Magie:
47/100  (47/100)
Métier : Chef des pèlerins

MessageSujet: Re: Rowane Fennella   Jeu 16 Aoû - 17:51

Fiche terminée ! Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nemo
Admin
avatar

Messages : 146
Localisation : Nusquam

Feuille de personnage
Magie:
100/100  (100/100)
Métier :

MessageSujet: Re: Rowane Fennella   Jeu 16 Aoû - 18:29


Bonsoir et bienvenue, Rowane !

Prendre un prédéfini (surtout celui-là) n'est pas toujours facile car il faut trouver la juste mesure entre les informations données et l'adaptation qu'on en fait. Et nous sommes bluffés ! C'est tout à fait le personnage, inscrit avec réalisme dans son époque et dans le contexte en jeu.

J'ai adoré les passages en patois, très représentatifs du personnage et de ses origines et ton style d'écriture tout au long de ta fiche.

C'est pourquoi suis ravie de te valider !

Nous te souhaitons un bon RP parmi nous ! Tu intègres le groupe des Pélerins, tes spécialités de métamorphisme lupin et pyrokinésie sont acceptées. 40 points de spécialités vont être crédités sur ton compte, tu pourras les affecter en combat ou dans tes spécialités ou encore les conserver au chaud pour l'avenir.

À bientôt, dans le jeu !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://exnihilorpg.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rowane Fennella   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rowane Fennella
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ex Nihilo :: La Place du Héraut :: La Place du Héraut :: Gestion des Personnages :: Création des Personnages :: Personnages Validés-
Sauter vers: