AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion




Partagez | 
 

 Ainariël Fitzroy

Aller en bas 
AuteurMessage
Ainariël Fitzroy

avatar

Messages : 10
Localisation : Perdu en campagne

Feuille de personnage
Magie:
31/100  (31/100)
Métier : Chevalier errant

MessageSujet: Ainariël Fitzroy   Dim 19 Aoû - 13:12

Nom: Fitzroy (bâtard royal)
Prénom: Aynar (de son vrai nom Ainariël), souvent qualifié selon les situations et les personnes de tire-au-flanc, canaille, fils de putain, estropié, chevalier errant etc...
Âge: 22 ans
Métier: Chevalier

Description Physique: Homme de haute taille pour son époque, il est doté d’un corps élancé quoique bien bâtis et d’une musculature plutôt discrète mais bien développée. Il possède le visage ouvert et imberbe d’un adolescent aux traits anguleux (nez aquilin, menton volontaire, lèvres pleines, pommettes hautes et saillantes) : il aime être rasé de frais. Sa peau pâle a un léger hâle doré. Son profil de rapace est renforcé par des yeux d’une étrange couleur, chavirant entre l’orange et le mordoré. D’une stature déliée, il est extrêmement adroit et rapide. Ses longs cheveux blonds dorés lui cascadent jusqu’aux reins. Noués parfois en un catogan, il affectionne surtout de laisser les mèches les plus courtes détachées pour qu’elles retombent sur son visage et coiffer le reste de sa chevelure en minces tresses. Seul défaut visible de son anatomie, son pied gauche a une dégénérescence génétique depuis sa naissance : il n’a qu’un orteil et le reste du pied, long et mince, s’achève en moignon. Il est donc obligé de porter une botte gauche compensée et de mettre la plus grande partie de son poids sur l’autre pied. On ne le voit boiter que lorsqu’il est épuisé. Quelques cicatrices de précédentes mésaventures ornent par-ci par-là son corps. Elles ne sont pas sa fierté mais il n'hésite pas à les montrer aux jolies femmes entrées dans son lit pour conter de belle fariboles.
Aynar se vêt avec décontraction et privilégie la liberté de mouvements bien qu’il ne soit pas contre quelques petites fantaisies d’habillement de temps à autre. Il porte son épée dans un baudrier battant sa hanche ou accrochée en travers du dos lorsqu’il voyage. Son destrier est une jument grise qu’il appelle Charme et qu’il chérit beaucoup.

Description Psychologique: Aynar est un bon vivant. Il aime la vie, ses petits plaisirs et profite du temps qu’il lui reste sans fard. C’est un opportuniste, qui saura toujours saisir sa chance même dans des situations improbables. Il rit de tout et sur tous les sujets. Il serait peut-être capable de plaisanter sur son lit de mort ! Ce n’est pas tant l’appât du gain qui l’anime mais plutôt celui du plaisir. Il aime mentir et ruser, travestir son rang ou son identité. Mentir est une seconde nature chez lui, elle lui garantie sa tranquillité d’esprit et sa survie. De plus, c’est amusant. La vie est un jeu et il compte bien y gagner.
Aynar a un cœur tendre. Il s’attache facilement la sympathie des gens par son charisme avant que son escroquerie ne fonctionne. Néanmoins, il est sensible à la misère, répugne à faire souffrir inutilement et préfère ne pas s’attacher aux gens qu’il croise. Il ne s’attache à personne, de fait. C’est un être solitaire et peu loquace sur lui-même quand il s’agit de dire la vérité. Cette apparence est démentie par sa propension à s’attirer des ennuis, à même courir tête baissée dedans et à relever des défis téméraires. Il n’est pas suicidaire, juste un peu tête brûlée.
Aynar a une haute opinion de lui-même. Sûr de ses capacités, confiant peut-être au point d’en être aveuglé, il se pense meilleur que tout le monde. Car il fait ce qu’il sait faire le mieux : être ce qu’il est. Et qui mieux que lui peut y prétendre ? Son arrogance peut devenir très vite agaçante quand il ne revêt pas son masque de comédien. Il semble vouloir toujours avoir le dernier mot et toujours raison.
Aynar est un peureux. Il craint plus que tout qu'on découvre qu'il est un sorcier. Et si sa fierté est d'avoir été un jour adoubé, il reste un chevalier errant, sans seigneur à servir plus de quelques mois, il doit cacher cet état de fait. Mentir lui devient insupportable dans ces cas-là car ce n'est plus lors un jeu mais une question de vie ou de mort. Il craint également son pouvoir, dans la mesure où il a peur qu'il ne lui échappe.
r
Histoire: Ainariël doit son nom étrange à sa mère, une Celte dont la famille s’était égarée, ou exilée selon les versions, dans le Royaume d’Angleterre. Malgré son pied gauche déformé, il survécût. Plus encore, il vécût avec son oncle et sa mère dans la campagne avoisinant le comté d’Hereford, dans le monde paysan, à se battre avec les autres enfants et à aider sa famille à l’atelier. Pour une famille roturière, elle vivait relativement bien. Sa mère ne cessait de lui raconter depuis le berceau qu’il était fils de roi. Et vers l’âge de six ans, l’enfant turbulent commença à y croire, harcelant de questions sa génitrice. Quand le roi et ses chevaliers vinrent dans les environs du comté, Aynar les regarda défiler, le cœur étreint d’excitation, cherchant à apercevoir le visage de celui que sa mère appelait son père. Il se mit à rêver de retrouver cet homme fier et de pouvoir le nommer Père. Quelques mois après, il trouva sa chère mère en pleurs devant l’âtre et, au lieu de la réconforter, fut happé par son oncle pour une conversation d’hommes. L’artisan lui donna le nom et l’adresse d’un petit seigneur des environs, pour qu’il se rende là-bas et y comme son apprentissage en tant que chevalier. Aynar sut alors, grâce aux explications de son oncle, que le roi l’avait en quelque sorte protégé en envoyant de l’argent à sa mère pour ensuite le recommander, lorsqu’il serait en âge de prendre les armes, à l’un de ses fidèles vassaux. Avec le temps, il saurait que c’était autant une façon de sauver l’honneur du garçon que de se débarrasser de lui en lui trouvant une place dans la société.

Aynar gravit les échelons, bon mal gré en raison de son caractère sauvage. Le seigneur se prit rapidement d’affection pour lui et heureusement ! Il lui confectionna une paire de bottes spéciales à cause de son pied, à la fois pour l’aider et pour dissimuler cette tare infâmante. Il subit les moqueries des autres pages et écuyers, apprit à mentir sur sa réelle identité et s’endurcit. Il n’aspirait plus qu’à égaler les valeureux combattants du roi et peut-être le rencontrer en personne. Il déchanta très vite. Face à ce nouvel environnement et les reflets du monde noble entraperçu, il se retrouvait considéré comme un moins que rien. Il n’avait pas le droit de dire qui il était sous peine d’être sévèrement rossé par le seigneur. Cela lui en coûtait de devoir passer pour quelqu’un d’ordinaire mais finalement, au fil des années, il s’y fit et apprit à jouer la comédie. Il devint alors le chef de la bande d’écuyers, toujours prêts à faire les bêtises le premier. Le vieux seigneur passait l’éponge mais commença à perdre patience vers la fin de sa formation. Il avait beau apprécier Aynar, il se disait finalement qu’il restait plus encombrant qu’autre chose. Un bâtard royal, un estropié et un sauvageon indiscipliné. Si le roi lui avait accordé sa confiance, ce n’était pas sans raison. Il savait tenir un secret. Mais celui-ci coûtait fichtrement cher !

La veille de son adoubement, avec d’autres camarades, Aynar la passa à la taverne. Le jeune homme, assez ivre pour ne pas faire attention à ce qui l’entourait et assez lucide pour maîtriser son jeu, trichait avec habilité aux cartes. Il payait régulièrement sa tournée à la tablée sans faire cas de sa bourse s’amenuisant. L’un des clients, semblable à un ours au sortir de l’hibernation, gronda soudain qu’on le dupait. Il agrippa Aynar par le col de sa tunique pour lui souffler au visage qu’il trichait. Le silence tomba sur la scène telle une hache. Ses amis décidèrent d’un commun accord que leurs pieds étaient très intéressants. Aynar lança une plaisanterie qui lui revint au visage sous la forme d’un coup de poing. Ses cartes cachées volèrent autour de lui. Et la bataille ne faisait que commencer. Clients en fuite, mobilier fracassé, tenancier éploré, la salle pleuvait sous les coups et on ne savait plus à qui donner tort. Aynar prit le parti de sa faufiler hors de la pièce armé d’un barreau de tabouret lorsqu’il fit face à son accusateur, peut-être encore plus ivre que lui. L’empoignade fut confuse et brève car le bâton mystérieusement devenu aussi dur et froid que de l’acier s’abattit sur le crâne de l’ivrogne. Ce fut l’apothéose, tous les regards braqués sur lui dans un silence de mort... Aynar, le cerveau en ébullition prit la fuite. Il bascula volontairement dans l’auge des chevaux pour s’éclaircir les idées à l’eau froide. Etait-ce lui qui avait fait cela ? Ou le barreau était-il envoûté ? Il n’eut guère le temps de s’appesantir sur ses malheurs. Le soleil pointait à l’horizon. Il ne devait pas être en retard à son adoubement, il lui semblait l’avoir attendu toute sa vie !

Dans la solennité de l’instant, le vieux seigneur adouba donc les cinq écuyers du château, avec force mises en garde et conseils avisés. Tout entier plongé dans son rêve éveillé, Aynar repoussait les questions dérangeantes résultant de son exploit à la taverne. Et s’il était sorcier ? Et s’il l’était ?... C’était le plus beau jour de sa vie, celui où il pourrait rivaliser avec les chevaliers de son géniteur et se venger, d’une certaine manière, de sa bâtardise. Le guet mit du temps à parvenir jusqu’à la citadelle, escorté du tavernier et de témoins plus ou moins fiables. Ils firent irruption au moment où leur suzerain giflait violemment les nouveaux chevaliers : « Ceci est le dernier coup que tu ne rendras ». En une fraction de seconde, l’univers s’écroula sur la tête d’Aynar, quand le mot sorcier fut hurlé.

Pourchassé en Angleterre, contraint de se cacher, il traversa la mer pour atteindre le Royaume de France. Ici, on ne le connaissait pas, il serait en sécurité. Hélas, la chasse aux adeptes du Malin se faisait également sentir dans ce pays et Aynar repartit très vite sur les routes. Il y passa un an, sillonnant les régions dévastées par les guerres, offrant son épée au plus offrant, perfectionnant son verbe à mentir et tromper le monde. Il chevaucha toujours plus loin vers l’Est et les pays du Levant. Il ignorait ce qu’il cherchait exactement, il espérait le trouver...

Spécialité: Aynar a deux spécialités, même si la seconde est pour l’instant plus aléatoire : l’art du combat au corps à corps et le pouvoir de transmutation. Aynar a bien retenu ses leçons, c’est un guerrier et un escrimeur adroit.
Sa magie est restée en sommeil pendant de longues années, jusqu’à la veille de son adoubement. Il a le pouvoir de transmuter des matériaux, pas des êtres vivants ni même des restes d’être vivants. Généralement, il s’entraîne à transmuter des métaux. Il augmente sa température corporelle, se concentre un minimum et peut modifier la structure d’une matière pour la métamorphoser en une autre. Il faut qu’il soit en contact avec l’objet. Plus l’objet à transmuter est gros et lourd, plus l’exercice est épuisant. Il n’a jamais poussé son pouvoir dans ses retranchements car il le redoute un peu. S’il le faisait cependant, il serait pris d’une violente fièvre car incapable de faire baisser lui-même sa température après l’exercice, fièvre qu’il faudrait aussitôt calmer s’il ne veut pas attraper de maladie et mourir. Sur le long terme, il pense apprendre à transmuter non plus des matériaux, parfois très éloignés les uns des autres, mais des états, comme faire passer de l’état solide à l’état liquide une lame. Il tentera sûrement l’expérience lorsqu’il sera plus confiant dans son contrôle de la magie.

Avez-vous un autre surnom, en tant que joueur ? Persée
D'où avez-vous connu le fofo ? Par une amie au parlé franc et au caractère fantasque, qui se dit justicière ici x) J’ai craqué parce que ce perso avorté d’un autre forum (certes bien remanié) me manquait et que le contexte historique ne peut pas me faire de mal !
Depuis combien de temps rpez-vous ? *compte sur ses petits doigts* Quatre ans !
Qui est l'auteur de votre avatar ? (si vous le connaissez): Azrarn (sur DeviantART)
Disponibilité :Ce sera un RP à la fois et je poste à un rythme tranquille. Sinon je passe régulièrement faire coucou.
Autre :J’ai fais court et succinct pour l’histoire. Je développerais ça au fur et à mesure du jeu ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://telmarien.xooit.com/index.php
Nemo
Admin
avatar

Messages : 146
Localisation : Nusquam

Feuille de personnage
Magie:
100/100  (100/100)
Métier :

MessageSujet: Re: Ainariël Fitzroy   Dim 19 Aoû - 15:22



Comme dit par MP bienvenue Aynar!

Ton personnage est impressionnant, il a une histoire cohérente, en plein dans le contexte en jeu, il est très bien contre-balancé au niveau du caractère et du physique. Bref rien à redire !

C'est pourquoi suis ravie de te valider !

Nous te souhaitons un bon RP parmi nous ! Tu intègres le groupe des Pélerins, tes spécialités sont acceptées. 40 points de spécialités vont être crédités sur ton compte, tu pourras les affecter en combat ou dans tes spécialités ou encore les conserver au chaud pour l'avenir.

À bientôt, dans le jeu !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://exnihilorpg.forumactif.org
 
Ainariël Fitzroy
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» A comme Ainariël, F comme Fëfalas [Empoisonneuse]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ex Nihilo :: La Place du Héraut :: La Place du Héraut :: Gestion des Personnages :: Création des Personnages :: Personnages Validés-
Sauter vers: