AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion




Partagez | 
 

 Une femme + Un homme + un cilice = ?

Aller en bas 
AuteurMessage
Melissandre d'Aquitaine
l'Oréal, parce qu'elle le vaut bien
avatar

Messages : 27

Feuille de personnage
Magie:
11/100  (11/100)
Métier : Duchesse

MessageSujet: Une femme + Un homme + un cilice = ?   Mer 22 Aoû - 21:57

Deux mois que Mélissandre n’avait plus croisé la moindre trace de civilisation, excepté quelques voyageurs de temps à autre. Les villages, elle n’en avait plus l’habitude et découvrir un lieu aussi grouillant lui avait inspiré une curieuse sensation de déboussolement. Tant d’êtres humain au même endroit, cela lui donnait le tournis !
A première vue, les habitants semblaient pauvres et, pour la plupart, creusés par le labeur. A mesure qu’elle avançait, ses muscles se crispaient imperceptiblement. Il était peu dire que dans cet endroit misérable, la jeune cavalière ne passait pas inaperçue. Beaucoup, pour la plupart des paysans vêtus de haillons la lorgnaient d’un oeil lubrique et nul doute que sans la protection de son cheval, certains auraient déjà sauté sur elle.

Elle eu une moue de dégoût en apercevant un pauvre hère qui lui adressait des gestes obscènes et se promit qu’elle s’en irait le plus vite possible. Cette façon qu’ils avaient de la regarder comme un morceau de chair fraîche lui donnait la nausée. Mais quelle idée avait elle eue d’échouer à un endroit pareil ?!

Autour d’elle, il lui semblait que la foule se resserrait et la cavalière avait de plus en plus de mal à se frayer un chemin. Au début, elle avait eu pour intention de s’arrêter dans une auberge mais en voyant la dégaine des habitants elle avait très vite renoncé à cette idée. A présent, il lui fallait trouver la sortie du village. La foule autour d’elle la rendait terriblement tendue et elle avait maintenant l’impression d’être prisonnière d’un étau humain. Elle ne pouvait plus à présent ni avancer ni reculer.
Elle n’était visiblement pas la seule à vouloir quitter ce lieu, son cheval commençait à devenir aussi nerveux qu'elle.

Une appréhension grandissante commençait à s’emparer de son esprit et elle avait la dérangeante impression d’être suivie et observée. Lorsque le chemin fut assez large pour passer, elle s’élança au trot, peu attentive aux protestation des paysans qui, bousculés avaient tout juste le temps de s’écarter avant d’être piétinés. La seule chose qui importait pour elle était de sortir de cette diarrhée humaine.

Cette impression d’être traquée s’était maintenant muée en certitude. Oui, quelqu’un la suivait. Mais pour quelle raison ? La jeune femme ne s'en souciait pas et faisait confiance à son intuition qui lui disait qu’il fallait au plus vite qu’elle sorte de cet endroit !

Devant elle, la sortie du village était enfin visible. Poussée par son instinct, elle s’élança au petit galop en direction de l’enceinte.
Au bout d’une vingtaine de mètres, sans qu’elle en saisisse la raison le cheval se cambra violemment et éjecta sa cavalière prise de court avant de s’enfuir vers la plaine. Avant qu’il soit hors de vue, Mélissandre eu le temps d'apercevoir une coupure saignante sur sa croupe, signe que quelqu’un l’avait sciemment blessé.

Par chance, elle n’avait rien de cassé et pu se relever immédiatement. Elle scrutait partout autour d’elle mais ne savait même pas ce qu’elle cherchait.
Peu importe, la chose la plus importante était de se lancer à la poursuite de son cheval avant qu'il ne disparaisse.
Elle venait de quitter l’enceinte du village en courant lorsqu’un caillou sur son chemin la fit s’étaler de tout son long. Un caillou ? Non Melissandre se rendit vite compte qu’il s’agissait d’un pied et qu’on venait de la faire tomber. L’appréhension eu tôt fait de se muer en peur tandis qu’elle se retournait pour découvrir le visage de celui qui lui faisait face.




Dernière édition par Melissandre d'Aquitaine le Jeu 23 Aoû - 16:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nemo
Admin
avatar

Messages : 146
Localisation : Nusquam

Feuille de personnage
Magie:
100/100  (100/100)
Métier :

MessageSujet: Re: Une femme + Un homme + un cilice = ?   Jeu 23 Aoû - 11:06

Elle tomba nez-à-nez avec deux gros yeux globuleux, qui pouvaient lui paraitre injectés de sang. Leur porteur était un Homme sans âge, mais aux traits maigres, aux joues creuses sur lesquelles un immense sourire édenté venait faire des plis. Le pauvre n'avait plus que quelques cheveux sur le caillou, et... On aurait dit qu'il lui manquait un bout d'oreille. Pour le reste, il semblait être vêtu d'une tunique dix fois trop longue pour lui. Mais vraiment. Elle descendait jusqu'en dessous de ses genoux, et pendait au-dessus de ses mains. Il était sale, sa tunique était sale, mais le plus glauque dans tout cela, c'était peut-être le fait qu'il ne portait rien sous sa tunique. Ni braies ni slip, ni chausses ni chaussures !

"- Enfin je te retrouve, petite chienne !"

Il leva alors son bras, au bout duquel pendait un cilice de fer qui semblait moyennement propre. N'était-ce point des croûtes que l'on voyait dessus ? Il l'avait déjà utilisé, alors ? Sur lui ? Ou sur la fameuse "chienne" qu'il cherchait et qu'il prétendait retrouver en Mélissandre ? A moins que ce ne soit pas du sang. Euh... Je crois qu'il y a des choses que l'on préfère ignorer.

"- Sois gentille maintenant, on rentre à la maison !"

Il voulut clairement lui passer le cilice... Autour du cou. Les pics tournés vers l'extérieur, certes, mais cela, Melissandre pouvait-elle vraiment le voir ? Il bavait. Fort heureusement, il n'était pas bien lourd, et la Muse pourrait s'en défaire aisément. Il répétait "gentille, gentille la chienne" sans arrêt, et ses gestes étaient imprécis, hâtifs. Mais comment un fou furieux pareil avait-il pu échapper à l'inquisition ? On aurait dû l'enfermer ! A moins que tout le monde soit fou, sauf Melissandre. Auquel cas ce maitre à chien excessivement collant était vu par la société comme un "honnête Homme". Peut-être jouait-il un double-jeu: "homme respectable le jour, sauvage flagellateur la nuit".
Mouais. Enfin. Il n'avait pas de braies, quand même...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://exnihilorpg.forumactif.org
Melissandre d'Aquitaine
l'Oréal, parce qu'elle le vaut bien
avatar

Messages : 27

Feuille de personnage
Magie:
11/100  (11/100)
Métier : Duchesse

MessageSujet: Re: Une femme + Un homme + un cilice = ?   Jeu 23 Aoû - 12:42

L’homme qui se tenait devant elle lui souriait avec fadaise, découvrant une bouche abîmée dont les dents restantes moisissaient dans la pourriture. Même à cette distance la jeune fille pouvait sentir les relents pestilentiels de son haleine et en ressentir son effet vomitif. Elle se redressa pour l’observer plus attentivement et blêmit face à tant de misère.

Son visage était si famélique que la duchesse aurait été dans l’incapacité de lui donner un âge. Ses petits yeux ternes et globuleux, semblable à des yeux de poisson, auraient pu paraître vides si ils n’avaient pas étés allumés par cette étincelle de démence. Son attention se porta un instant sur son crâne chauve et ensuite sur son oreille droite et déformée qui semblait avoir été amputée de la moitié du cartilage.

Mélissandre eu un haut le cœur. Deux années d’errance dans le monde populaire ne l’avaient décidément toujours pas acclimaté à la misère de la vie paysanne. Il faut dire aussi que la plupart du temps elle se gardait bien de pénétrer dans ce genre d’endroits. Alors pourquoi diable avait il fallut qu’elle s’aventure ici, aujourd hui ?!

Le sinoque était nu pied et semblait n’être vêtu que d’une tunique sale et dix fois trop grande pour lui. Dans sa position accroupie, la jeune fille constata rapidement qu’il ne possédait rien au dessous de son habit et jouissait d’une magnifique vue en contre plongée sur ses testicules.
Mais comment diable avait on fait pour ne pas l'enfermer !? A croire que tout le village était aussi taré que lui !

"- Enfin je te retrouve, petite chienne !"


La jeune fille le scruta d’un œil perplexe, ne réalisant pas tout de suite que c’était bel et bien à elle que cette phrase s’adressait. Il brandit devant elle un étrange instrument que Mélissandre identifia comme un long cilice de fer. Mais que fabriquait il avec un engin pareil ?!

"- Sois gentille maintenant, on rentre à la maison !"


L’homme amorça un geste dans sa direction, avec pour but de lui passer l'instrument de torture autour du cou. Le regard dément, un mince filet de bave s’échappait de ses lèvres entrouvertes. Ses gestes étaient tremblants et imprécis comme ceux d’un vieillard et il ne cessait de répéter comme une litanie les mots « gentille chienne ! » alors qu’il s’approchait d’elle.

Complètement frappé !
pensa elle

Mélissandre se releva pour faire face à l’aliéné. Au moment ou celui-ci voulu l’agripper par les cheveux pour lui passer la ceinture son réflexe fut de lui assener un solide coup de poing dans l’estomac. L’homme était maigre et peu résistant et la douleur le plia en deux. La jeune fille s’enfuit sans demander son reste, distançant autant qu’elle le pouvait ce curieux personnage qui, s’étant relevé s’était lancé à ses trousses.

Sa course la mena au bord d’un ruisseau près duquel elle s’arrêta un moment pour souffler. Ensuite elle évalua sa situation : elle était seule, son cheval avait filé et elle était traquée par un fou furieux qui la prenait pour son animal domestique. A part ça tout allait merveilleusement bien.
Elle ne s’inquiétait pas trop pour son cheval. Ce genre de situation était arrivé quelques fois et l’animal finissait toujours par revenir de lui-même. En ce moment précis, le problème à affronter était autrement plus perturbant et se tenait devant elle, bavant et la respiration haletante. Elle ne doutait pas d’être plus forte que lui, ce qui ne l’empêcha pas d’essayer le dialogue :


-Ecoutez monsieur je ne sais pas pour qui vous me prenez mais je vous assure que je ne suis pas celle que vous pensez ! De vous et moi, vous êtes le seul à baver comme un chien errant aussi je pense que ce serait plutôt à moi de vous passer le cilice !

Elle tendit la main pour récupérer l’instrument de torture.


-Allons donnez moi ça ! Vous allez vous faire mal !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nemo
Admin
avatar

Messages : 146
Localisation : Nusquam

Feuille de personnage
Magie:
100/100  (100/100)
Métier :

MessageSujet: Re: Une femme + Un homme + un cilice = ?   Jeu 23 Aoû - 13:55

Complètement frappé, c'est sûr ! Mais il aimait cela, en plus ! Frappez-le encore ! Euh, je veux dire... Oui, l'Homme au crâne peu encombré reçu le coup de Melissandre dans le ventre, ce qui provoqua en lui une vive douleur... mais également du plaisir. À terre, l'Homme tenait son ventre molesté. Mais dans sa tête, c'était un tourbillon de sensations agréables qui défilaient, et engourdissaient sa petite cervelle. Ses cordes vocales émettaient un étrange bruit qui n'était pas vraiment une parole... Qui ne ressemblait à rien, même pas à ces grognements que le plaisir peut apporter. C'était juste... Une réaction purement physique et sans doute inconsciente face à son état.

Il entendit néanmoins la jeune fille déguerpir. Ah, non, hein ! Ce n'était pas poli de frapper une fois puis de repartir ! Il fallait au moins passer un petit moment ensemble ! L'aliéné hurla une sorte de "Attends-moi !" qui se mêla à un gargouillis de gorge pour le moins étrange, suite à quoi il se releva et, manches et cilice volant au vent, commença à poursuivre Melissandre dont il voyait tout juste la chevelure. Quelque part, notre Homme était si dérangé que nous pouvions légitimement nous demander s'il n'aurait pas su la suivre à l'odeur.
Nan, mais on est bien cruels avec ce pauvre Homme. Qu'est-e que la folie, au fond ? Une façon de penser différente de la nôtre, non ? Pourquoi pénaliser ainsi la différence ? Hm ? Et puis, il n'était pas mauvais, dans le fond, sa requête était tout à fait compréhensible: il savait ce qui lui procurait de la joie et du plaisir, il voulait donc en obtenir et partager avec Melissandre. En fait, cet Homme que nous traitons de fou, c'était surtout un grand altruiste, soucieux de son prochain !
Comme quoi, on est vraiment mauvais...

Revenons à nos deux personnages: la tienne, arrêtée au bord de l'eau, et le mien qui venait tout juste de la rejoindre, en trottinant, un bras levé pour que le cilice ne se prenne pas dans les buissons. Ta sorcière fit bien de tenter de lui parler, car malgré les apparences et malgré les préjugés, cet Homme était bien humain et apte à comprendre l'allemand. Il renifla en l'écoutant. Quoi, lui, baver comme un chien errant ? Que nenni. Enfin, la bave de tout à l'heure était partie dans la course (en partie néanmoins), donc il n'vait pas spécialement l'impression de baver. Pour qui il la prenait... CHIENNE, PETITE CHIENNE ! Sa petite Cornelia qui était partie trop tôt... C'était elle, il la reconnaissait !
Il vit la main tendue. Il entendit la demande. Sa réaction ? il la regarda, plissa les yeux, et... Fouetta la main avec le cilice, avant de le lui tendre.

"- Vas-y ma petite... C'est ton tour... Sois gentille, montre comme tu es vilaine."

Il souriait, à nouveau. Une de ses paupières "sautillait". Un manque de magnésium, peut-être. Ou un spasme dû à une tension nerveuse trop fort, ou... Que sais-je.

"- On est amis, toi et moi, non...?"

Une définition fortement intéressante de l'amitié. Ceci étant dit... Enfin, je ne sais pas pour toi, mais... Si mon personnage doit se faire des amis, je préfèrerais que ça ne soit pas lui...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://exnihilorpg.forumactif.org
Melissandre d'Aquitaine
l'Oréal, parce qu'elle le vaut bien
avatar

Messages : 27

Feuille de personnage
Magie:
11/100  (11/100)
Métier : Duchesse

MessageSujet: Re: Une femme + Un homme + un cilice = ?   Jeu 23 Aoû - 16:13

Le dément la scrutait de ses yeux ternes avec une expression proche de la débilité si bien que Mélissandre se demanda un moment si il avait comprit ses paroles. Soudain, sans qu’elle s’y attende, le fouet s’abattit violemment sur la main qu’elle lui tendait ; Les épines pénétrèrent dans sa chair et un mince filet de sang s’écoula de sa main blanche.
La duchesse poussa un cri de douleur et de surprise, surprise ô intensifiée lorsqu’il lui plaça, presque de force le cilice entre les pattes en lui enjoignant d'une voix suppliante :

"- Vas-y ma petite... C'est ton tour... Sois gentille, montre comme tu es vilaine."


Complètement abasourdie, elle considérait d’un œil perplexe le dément qui venait de jeter sa tunique à ses pieds pour mieux lui exposer sa chair. L’homme qui avait voulu l'agresser se trouvait maintenant soumis, entièrement nu devant elle et la scrutait à quatre pattes d'un visage implorant. La jeune fille remarqua que son corps maigre était déjà couvert d’une multitude de cicatrices dont certaines encore ouverte. Se les étaient il infligées lui-même ? C’était bien la première fois qu’elle se retrouvait confrontée à ce genre de situation et elle en ressentait un curieux mélange de crainte et d’amusement. Devant son hésitation, le pauvre hère avait commencé à chouiner et à remuer du derrière dans l’attente de ces coups qui ne venaient pas.

La situation ne manquait pas d’originalité et commençait à devenir des plus insolites. Ainsi cet aliéné qui lui avait fait si peur n’était rien d’autre qu’un bougre inoffensif dont le seul tort était d’aimer la douleur ? Enfin, après tout pourquoi pas si c’était son souhait ?

La cilice s’abattit sur le derrière du cul-terreux et ce dernier poussa un râle de douleur dans lequel se répercutait de façon nette une grande jouissance. Dans l’attente du prochain coup, il la contemplait avec des prunelles brûlantes d’excitation et la duchesse constata avec un trouble amusé que son prolongement d’homme venait de se mettre au garde à vous.

Mais le coup ne vint pas.

Le manant qui s’était préparé au prochain impact mit une dizaine de secondes avant de réaliser qu’elle n’avait pas l’intention de le frapper une deuxième fois. Comme la jeune fille restait de marbre, il lui lança comme une imploration :

"- On est amis, toi et moi, non...?"


Mélissandre sourit et s’accroupit doucement près de lui, ignorant la question qu’elle trouvait des plus saugrenues. Elle avait trouvé la faille et maintenant que le rapport de force était inversé, elle trouvait des plus divertissants de le faire macérer dans l'attente. A dire vrai, son geste était mu par une pointe de sadisme et elle était curieuse de savoir jusqu’où il était prêt à aller pour ressentir la douleur.

« -Qu'es tu prêt à me donner pour que je t’exauce une seconde fois ?»


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nemo
Admin
avatar

Messages : 146
Localisation : Nusquam

Feuille de personnage
Magie:
100/100  (100/100)
Métier :

MessageSujet: Re: Une femme + Un homme + un cilice = ?   Ven 24 Aoû - 19:28

Il attendait ce coup comme le croyant attend la bénédiction d’un homme d’église. Comme l’enfant tend innocemment les mains vers la friandise offerte. Il attendait avec délice cette douleur répétitive qui l’enivrait toujours, qui brouillait ses sens, sensations extraordinaires, incompréhensibles pour les néophytes.
Le sang qui coule est malheureusement rouge à toutes les vues. Comment faire la différence, quand on ne l’a pas vécu, entre la souffrance réelle, dure et froide, qui lassèrent le corps durant une bataille et cette douce douleur, chaleureuse et jouissive que provoquent les punitions simulées, stimulantes et révélatrices ? Révélatrice de la nature profonde de l’homme, perfide et perverse, c’est plus bas que terre qu’on trouve son compte. Avoir le choix de ne plus choisir, oublier les notions d’honneur et de fierté, là se trouvait la vraie liberté. Le Bonheur avec un grand B. Ou une. Tout dépend du partenaire !

Mais alors qu’il l’attendait comme le nouveau prophète, le coup ne vint pas. Incrédule, l’homme releva les yeux vers le cilice et, accessoirement, vers la femme qui le tenait. Il voulait ce coup. Il désirait ce coup. Une obsession, son esprit obstrué était obnubiler par une seule chose. Frappez-moi, je vous en supplies, frappez-moi de toutes vos forces. J’en ai besoin. Je le veux !

“ -Qu'es tu prêt à me donner pour que je t’exauce une seconde fois ?”

Ses yeux globuleux s’arrondirent encore un peu, sous la surprise. Il s’attendait à tout, à un coup, sauf à ça. Que pouvait-il lui donner ? Qu'avait-il ? Rien... Il y a quelques minutes, il avait bien ce, superbe, cilice, mais maintenant, il était en sa possession. Cela ne lui suffisait donc pas ? Elle avait tout ce dont elle pourrait avoir besoin ! Mais elle en voulait encore. Que voulait-elle ? Elle voulait forcément quelque chose pour lui poser une telle question.
Sans la moindre gêne, l’homme s’étala à ses pieds, accrochant de ses mains poisseuses les fines chevilles de la demoiselle. Pourquoi ne lui donnait-elle pas ce qu’il désirait ? Il la suppliait des yeux, misérablement.

“ -Tout, tout ce que tu veux, ma putain !”

Le dernier mot était loin d’être sur le ton d’insulte de son sens. Au contraire, il était plutôt dit comme un mot doux, un surnom d’amant, contenant tout son amour.
C’était un engagement sincère. Peut-être était-il sans fierté, sans honneur, sans rien, dépourvu de tout ce qu’un homme lambda pouvait désirer un jour, mais grâce à cet état méprisable, il n’avait plus l’utilité des usages du mensonge et de la malhonnêteté.
Malheureusement, ce n’était pas non plus un engagement énorme. Car il n’avait strictement rien. Une masure pourrie et contenant plus de termites en ses poutres que de passage de pièces d’or. Une paillasse, une table, une cheminée éteinte par manque de bois. Un anneau au mur. Une branche de noyer posée gentiment dans un coin. Des menottes volées dans la prison du bourg. Rien qui ne put impressionner ou intéresser une femme de la qualité de son interlocutrice.

Mais même ça, il était prêt à le donner. Tout donner, ne rien garder, tel était le prix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://exnihilorpg.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une femme + Un homme + un cilice = ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une femme + Un homme + un cilice = ?
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une femme alaite des bébés tigres en Birmanie...
» Persephone déesse des enferts et femme de hades (ok)
» pegan ☇ 2.01, be mine tonight.
» La bataille des Planetes
» Ce que femme veut, homme le peut [Pv Llyïah Reivan]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ex Nihilo :: RPG :: Les Alentours :: Les villages ennemis-
Sauter vers: